Abonnez-vous pour 1€

Bonne nouvelle pour les futurs locataires: un prêt à taux zéro pour financer la garantie locative!

Bonne nouvelle pour les futurs locataires: un prêt à taux zéro pour financer la garantie locative!
L.L.

Lorsque l’on loue un logement, l’une des difficultés rencontrées est la constitution d’une garantie locative. Pour y répondre, le gouvernement wallon annonce le mise en place, dès le 3 mai, d’un prêt à taux zéro via la Société wallonne du Crédit social à destination des candidats locataires afin de constituer cette garantie. Le montant du prêt équivaut à deux mois maximum de la mensualité fixée dans le cadre d’un bail de résidence principale ou de colocation (1.200 euros en moyenne). Pour les baux étudiants, on monte à trois mois (1.080 euros en moyenne).

« Cela permettra aux candidats-locataires de constituer leur garantie locative relative à un bail d’habitation. Et pour les propriétaires de disposer de la garantie quels que soient les candidats », explique le ministre du Logement, Christophe Collignon. « Cette mesure devrait aussi créer une bulle d’air pour les CPAS qui seront libérés d’une partie d’une mission chronophage et budgetivore. En effet, certains ménages ne disposant pas une épargne de réserve leur permettant de monopoliser 2 mois de loyer en plus du montant du premier loyer ne devront plus se tourner vers le CPAS. »

Les candidats-locataires devront introduire leur demande via le site de la SWCS https ://www.swcs.be/ « qui permettra un traitement rapide des demandes, rapidité nécessaire lorsqu’un candidat à un logement doit se positionner en vue de la conclusion d’un contrat de bail », explique le gouvernement dans un communiqué. « Pour les personnes n’ayant pas accès au numérique, les procédures traditionnelles resteront ouvertes. »

Certaines conditions existent néanmoins pour en bénéficier. Outre le fait que le logement doit se trouver sur le territoire de la Région wallonne excepté les communes situées en communauté germanophone vu le transfert de la compétence logement au 1er janvier 2020, le montant des revenus du demandeur (53.900 euros par an pour le ménage selon les conditions d’accès au crédit social), son âge (majeur ou mineur anticipé), la durée minimale du bail (un an ou 10 mois dans le cadre d’un bail étudiant) ou encore la propriété d’un bien immobilier par ailleurs (l’emprunteur atteste qu’il n’est pas propriétaire ou usufruitier d’un bien immobilier autre que le logement lui servant de résidence principale), sont autant de critères qui entrent en ligne de compte.

Au niveau du remboursement aussi, les modalités dépendront des capacités financières du demandeur. Mais la durée maximum prévue est de 36 mois pour les baux de résidence principale ou de colocation et de 24 mois pour les baux étudiants. Un demandeur ne peut pas non plus avoir plus de deux prêts « garantie locative » en même temps, sauf s’il s’agit d’un prêt dans le cadre d’un bail étudiant.

Selon le gouvernement wallon, quelque « 12.000 ménages sont susceptibles annuellement de solliciter un prêt pour une garantie locative dans le cadre d’un bail de résidence principale et plus ou moins 8.000 demandeurs pourraient solliciter annuellement un prêt pour la constitution de la garantie locative pour un bail étudiant ».

Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, salue lui aussi la mesure qui « s’inscrit pleinement dans le cadre de notre stratégie de sortie de la pauvreté, stratégie qui est d’autant plus pertinente au moment où notre pays traverse une terrible crise aux conséquences sociales considérables ».

Notons que le recours à ce prêt ne sera pas connu du bailleur, assure le gouvernement wallon.

Notre sélection vidéo