Abonnez-vous pour 1€

Une fonctionnaire de police tuée en France: le parquet national antiterroriste se saisit de l’enquête, l’assaillant a crié «Allah Akbar»

Une fonctionnaire de police tuée en France: le parquet national antiterroriste se saisit de l’enquête, l’assaillant a crié «Allah Akbar»
AFP

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé se rendre dans l’après-midi au commissariat de cette ville de près de 26.000 habitants, situé à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris.

Les faits se sont produits vers 14H20 dans le sas de ce commissariat, a précisé la source policière. La fonctionnaire administrative, qui était d’abord en arrêt cardio ventilatoire, est décédée sur place, malgré l’intervention des pompiers. D’après les premiers éléments de l’enquête, elle a été touchée à la gorge.

Selon les pompiers, l’assaillant a également été blessé et se trouvait dans un état grave, son pronostic vital engagé. Le meurtrier présumé, de nationalité tunisienne, est finalement décédé.

« Une évaluation est en cours par la Sdat (Sous-direction antiterroriste) », a indiqué à l’AFP le parquet national antiterroriste (Pnat) qui ne s’est pas saisi « à ce stade ».

Le Premier ministre Jean Castex se rendra vendredi après-midi au commissariat de Rambouillet (Yvelines), où une fonctionnaire de police a été tuée en début d’après-midi lors d’une attaque au couteau, a indiqué Matignon.

D’après les premiers éléments de l’enquête, la fonctionnaire administrative a été touchée à la gorge. De source policière, le meurtrier présumé, de nationalité tunisienne, qui était également blessé, est mort.

Le parquet national antiterroriste se saisit de l’enquête

Le parquet national antiterroriste a annoncé se saisir de l’enquête sur l’assassinat de la fonctionnaire de police.

Le Pnat a ouvert « une enquête de flagrance des chefs d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste », confiée conjointement à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on indiqué.

« Notre détermination à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes est plus que jamais intacte », a martelé vendredi le Premier ministre Jean Castex, aux abords du commissariat de Rambouillet.

« Je me suis rendu immédiatement sur place avec le ministre de l’Intérieur pour apporter tout notre soutien aux policiers et fonctionnaires du commissariat », a poursuivi le chef du gouvernement, alors que le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête.

Selon une source proche de l’enquête, l’assaillant aurait crié « Allah Akbar » au moment des faits.

Macron promet de ne « rien céder » au « terrorisme islamiste »

« Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien », a tweeté Emmanuel Macron vendredi après le meurtre au couteau.

« Elle était policière. Stéphanie a été tuée dans son commissariat de Rambouillet, sur les terres déjà meurtries des Yvelines », a ajouté le chef de l’État, en allusion à l’assassinat de Samuel Paty en 2020 et d’un couple de policiers en juin 2016 dans le même département.

Opération de police chez l’assaillant

Une opération de police était en cours en fin d’après-midi vendredi au domicile à Rambouillet (Yvelines) de l’homme qui a tué à coups de couteau la fonctionnaire de police.

Trois véhicules du Raid sont stationnés dans une rue proche du domicile de l’attaquant tué par un policier après qu’il avait mortellement poignardé à la gorge une fonctionnaire du commissariat.

Une trentaine d’hommes encagoulés sont descendus de ces véhicules pour entrer au domicile, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les journalistes étaient tenus à distance par un cordon de sécurité.

Dans le même temps, une perquisition était en cours dans le Val-de-Marne, au domicile d’une personne ayant accueilli Jamel G. à son arrivée en France en 2009, a-t-on appris de source proche de l’enquête, confirmant une information du Point.

Jamel G., originaire de Tunisie, était arrivé en France en 2009.

Il avait bénéficié en 2019 d’une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, puis d’une carte de séjour en décembre 2020, valable jusqu’en décembre 2021. Il avait emménagé en décembre 2015 à Rambouillet.

Trois personnes de l’entourage en garde-à-vue

Trois personnes ont été placées en garde à vue dans l’enquête sur l’assassinat d’une fonctionnaire de police, poignardée vendredi à la gorge par un homme qui a ensuite été abattu, dans le commissariat de Rambouillet (Yvelines), a-t-on appris de source judiciaire.

Ces trois personnes appartiennent à l’entourage de l’assaillant, Jamel G., âgé de 36 ans, selon la source judiciaire.

Deux perquisitions étaient en cours vendredi après-midi au domicile de l’assaillant, à Rambouillet, ainsi qu’au domicile d’une personne l’ayant accueilli à son arrivée en France en 2009, selon une source proche de l’enquête, confirmant une information du Point.

Notre sélection vidéo