Abonnez-vous pour 1€

David Clarinval: «Les indépendants ne demandent pas de l’aide facilement et veulent seulement s’en sortir seuls»

David Clarinval: «Les indépendants ne demandent pas de l’aide facilement et veulent seulement s’en sortir seuls»
Belga

« Les indépendants ne demandent pas de l’aide facilement et veulent seulement s’en sortir seuls », a indiqué le ministre. Excusant son collègue ministre de la santé Frank Vandenbroucke qui a travaillé avec lui sur ce dispositif fédéral de soutien psychologique pour indépendants en détresse, M. Clarinval a rappelé les montants engagés : 57 millions d’euros dont 1 million pour l’asbl en charge du projet dans tout le pays et 56 millions pour les consultations psychologiques.

« Ce dispositif a été imaginé à la suite du suicide d’une jeune indépendante à Liège l’année dernière », a rappelé M. Clarinval.

C’est « Un Pass dans l’impasse », située à Namur, qui est l’intermédiaire entre les indépendants et les psychologues conventionnés. « Nous avons recruté 7 personnes et ouvrons un bureau à Bruxelles la semaine prochaine », a annoncé Hussain Shaban, président de l’asbl qui a développé ce projet.

Une ligne téléphonique gratuite (0800/300.25) répond directement aux indépendants en détresse.

Et un réseau de sentinelles est mis sur pied et formé à la détection de situations de détresse.

« Les indépendants peuvent se dire : ‘je ne suis pas fou, je ne vais pas voir un psy’ donc il faut aller les chercher où ils sont : au tribunal du commerce, chez le comptable, le banquier, la caisse de cotisations sociales… », a cité en exemple Florence Ringlet, directrice thérapeutique de l’asbl.

L’indépendant qui le souhaite est ensuite contacté et mis en rapport avec un psychologue près de chez lui.

Notre sélection vidéo