Abonnez-vous pour 1€

Après l’affaire Samuel Paty, professeur décapité en France, près d’un prof sur deux a déjà songé à s’autocensurer

Après l’affaire Samuel Paty, professeur décapité en France, près d’un prof sur deux a déjà songé à s’autocensurer

Le point de départ de la réflexion du Centre d’Action Laïque (CAL) a été la mort, en France, de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie. « Elle a suscité la tristesse, l’indignation et la colère. Elle a remis en relief des formes de violence à l’égard des enseignants », explique le CAL. Il y a aussi eu des accents belges, comme le lynchage numérique de Nadia Geerts suite à sa réaction à ce drame.

► Le CAL a voulu donner la parole aux acteurs et actrices de terrain, les professeurs.

Un questionnaire, accessible en ligne entre novembre et janvier, a connu plus de 300 réponses. Tous réseaux et tous niveaux d’enseignement confondus, même si le profil-type était un enseignant (90 %) du réseau Wallonie Bruxelles Enseignement (ex-Communauté française) de primaire ou secondaire ordinaire (le spécialisé est très peu représenté).

► 44 % des professeurs ont songé à s’autocensurer  : voici tous les résultats de l’enquête.

Notre sélection vidéo