Abonnez-vous pour 1€

André Debor condamné à un an de prison avec sursis à Liège: le mythique «Tonton Tapis» a organisé frauduleusement son insolvabilité

André Debor n’avait jamais été condamné.
André Debor n’avait jamais été condamné. - Thomas Van Ass

André Debor aura dû attendre ses 75 printemps pour être condamné. La légende urbaine en avait fait un multirécidiviste mais la réalité indiquait, clairement, que le septuagénaire n’avait jamais été condamné et quasiment pas inquiété.

Jeudi dernier, le tribunal correctionnel de Liège lui infligeait une peine d’un an de prison et une amende de 8.000€. En raison de son casier judiciaire vierge, André Debor a bénéficié d’un sursis total, pour une période de trois ans. Il est également condamné à des confiscations par équivalent pour un montant de 30.000€ et à une interdiction de commercialité de 5 ans en tant que gérant de société et en tant qu’entrepreneur en personne physique. Le tribunal lui a cependant laissé une chance de se « relancer » (NDLR : et de payer ses dettes) en lui accordant le sursis pour l’interdiction relative à une activité entrepreneuriale.

Sa compagne et son fils ont également été condamnés : voici comment Debor a organisé son insolvabilité.

Découvrez la suite de nos informations sur nos éditions digitales.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo