Abonnez-vous pour 1€

Rejet unanime d’une proposition PTB visant à réduire le minerval dans l’enseignement supérieur à 175 euros

Illustration
Illustration - Belga Image

Pour la formation marxiste-léniniste, pareille mesure -qui coûterait 75 millions d’euros par an, selon elle- permettrait de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur et de lutter contre la précarité étudiante, laquelle s’est aggravée avec la pandémie de coronavirus.

L’ensemble des autres partis, tant la majorité arc-en-ciel, que l’opposition cdH, ont unanimement repoussé l’idée qui, selon eux, « manquera sa cible », les étudiants boursiers étant déjà dispensés de minerval.

Plutôt que prendre une mesure linéaire qui bénéficiera aussi aux familles les plus aisées, il convient plutôt d’adopter des mesures ciblées sur les publics plus précarisés, ont ainsi défendu les autres formations politiques.

La ministre Glatigny a de son côté rappelé devant les députés les millions d’aides sociales débloqués pour les étudiants les plus précaires depuis la crise du corona, en plus des 146 millions d’euros dépensés chaque année pour les allocations d’études, les bourses et la gratuité du minerval pour les étudiants boursiers.

Le minerval dans les universités de Wallonie et de Bruxelles est gelé depuis des années à 835 euros. Ces droits peuvent toutefois être plus élevés dans certaines Hautes écoles.

Notre sélection vidéo