Abonnez-vous pour 1€

Trois millions d’euros pour lancer l’opération «Plaisir d’apprendre» cet été et lutter contre les décrochages scolaire et social

Trois millions d’euros pour lancer l’opération «Plaisir d’apprendre» cet été et lutter contre les décrochages scolaire et social
Photonews

Pour rappel, à l’exception des épreuves certificatives externes, il n’y aura pas de session d’examens en juin pour l’ensemble des écoles du réseau officiel WBE ; et le choix est laissé aux écoles du Segec d’organiser ou non des examens. Les autres réseaux doivent encore se positionner.

Néanmoins, les évaluations sont essentielles pour consolider les apprentissages. D’ailleurs, Mme Duroisin, Professeure à l’École de formation des enseignants de l’UMons et qui a mené́ plusieurs études sur le sujet, estime que des évaluations, le cas échéant non sommatives, doivent se tenir en remettant des feed-back aux élèves pour qu’ils puissent progresser dans leurs apprentissages et éviter ainsi un impact à plus long terme sur les acquisitions.

C’est dans ce contexte que le Ministre-Président Jeholet a annoncé l’organisation d’une opération additionnelle de soutien à nos élèves, à organiser pendant la période des grandes vacances, via une « union sacrée » afin de lutter contre le décrochage scolaire, voire social. Le Gouvernement vient de débloquer un budget de 3 millions d’euros pour mettre en œuvre cette opération baptisée « Plaisir d’apprendre ».

Concrètement, le Gouvernement va adresser un projet aux communes, lesquelles pourront associer des opérateurs locaux et visant à organiser des activités de remédiation couplées à des activités sportives et/ou culturelles à destination principalement des élèves de l’enseignement secondaire. Les communes bénéficieront donc d’une subvention permettant d’engager notamment des étudiants des universités, hautes écoles et ESA pour assurer l’encadrement des jeunes, en collaboration avec les acteurs locaux. Un appel est fait également au volontariat des enseignants et à la collaboration des FPO et des écoles afin de mettre à disposition les infrastructures nécessaires.

« Soutenir notre jeunesse particulièrement éprouvée »

« L’objectif n’est pas ici de venir concurrencer l’offre de stages déjà existantes, mais bien de mobiliser l’ensemble des forces vives afin de soutenir notre jeunesse particulièrement éprouvée par cette crise et des concertations sont actuellement en cours avec les différents acteurs concernés », a tenu à préciser le Ministre-Président.

« Compte tenu de ces éléments, et puisque bon nombre d’écoles, en vertu de leur liberté pédagogique, n’organiseront pas d’examens cette année encore, je ne peux que me réjouir d’entendre la proposition du Ministre-Président de mettre en place cette opération, sur base d’une « union sacrée » entre la FWB, les pouvoirs locaux et les acteurs de l’enfance et de la jeunesse. Je pense en effet que de telles remédiations, sans attendre la prochaine rentrée, sont essentielles pour des élèves comme ceux qui étaient en 4e secondaire l’an passé sans examens, en 5e cette année sans examens, et qui, en rhéto l’an prochain, devront passer leur CESS », explique Stéphanie Cortisse.

Notre sélection vidéo