Aurore Morisse («Affaire conclue»): la nouvelle acheteuse se confie en exclusivité sur son premier tournage

Aurore Morisse («Affaire conclue»): la nouvelle acheteuse se confie en exclusivité sur son premier tournage
FTV

Comment vous êtes-vous retrouvée dans « Affaire conclue » ?

Voici deux ans, suite à mes vidéos d’expertises d’objets postées sur ma chaîne YouTube, j’avais été approchée par M6 pour une émission qui n’a finalement pas vu le jour (« Cash ou enchère ») et également par France 2 pour « Affaire conclue ». J’avais décliné.

Pourquoi avoir accepté cette fois-ci ?

Je ne regardais pas « Affaire conclue » car, à l’époque, les objets proposés n’étaient pas de qualité suffisante, je recherchais plus de raffinement. En deux ans, les objets de l’émission sont montés d’un cran, ce qui m’a poussée à accepter.

Comment se sont déroulés les premiers tournages ?

Super-bien ! Julien Cohen m’a prise sous son aile en me donnant de bons conseils. Je n’ai pas encore tourné avec Stéphane Vanhandenhoven, mais il m’a envoyé un gentil mot en me conseillant de toujours répondre à chaque message que je vais recevoir des téléspectateurs.

Avez-vous une stratégie ?

Une fois installée derrière le banc des acheteurs, c’est chacun pour soi ! Face à un bel objet, on n’est plus dans la rigolade. Je suis une joueuse, j’ai de la répartie et je possède les connaissances pour bien acheter.

Quelle est la plus grande difficulté ?

D’accepter de ne pas plaire à tout le monde. Que ce soit auprès des autres acheteurs de l’émission ou des téléspectateurs. Je suis une fille très directe et très transparente.

Ce sont vos parents qui vous ont mise dans le bain de l’antiquariat ?

J’ai en effet grandi dans ce milieu car mes parents sont antiquaires à Liège. Mon œil a toujours été attiré par le beau. À mes débuts, certains pensaient que je ne connaissais pas ce métier : un homme a voulu faire passer un offset de Pierre Alechinsky pour une vraie peinture de cet artiste, il en voulait 3000 euros alors que son print en valait 20.

Aujourd’hui, vous êtes experte ou marchande ?

Je me considère avant tout comme une grande passionnée. Je vends principalement grâce au bouche à oreille de clients qui me contactent. À l’avenir, j’envisage de développer des concepts de maison-boutique : trois appartements décorés avec des objets à acheter.

Chez vous, c’est comment ?

Dans ma maison avec des moulures au plafond et une cage d’escalier en bois, je mélange l’ancien et le contemporain.

« Affaire conclue », 10 mai 2021, 13h40, La Une.

Notre sélection vidéo