Abonnez-vous pour 1€

Policier agressé à Bruxelles: «La mort du policier Français mercredi est une mise en garde à l’égard de drames futurs», juge le MR

Un policier agressé.
Un policier agressé. - D.R.

L’agression d’un policier de la zone Bruxelles-Midi par un groupe de jeunes lundi n’est pas un cas isolé ces dernières semaines, a indiqué plus tôt dans la journée sa porte-parole, Sarah Frederickx pour qui « il est clair que, en partie à cause des mesures Covid, nous ne sommes plus les bienvenus partout ».

Gaêtan Van Goidsenhoven ne partage pas cette analyse. Pour lui, cette agression appréhendée comme un lynchage d’un agent « s’inscrit dans un phénomène qui semble s’approfondir : la volonté de repousser l’autorité de certains territoires afin d’y assurer un contrôle sur des trafics, singulièrement de stupéfiants ».

« Evoquer les tensions survenues autour des restrictions imposées par le COVID 19 n’est pas très pertinent. Ici, il s’agit d’un phénomène autrement plus structurel contre lequel l’autorité peine à trouver des solutions. L’élément aggravant, c’est la banalisation et la systématisation des agressions sous différentes formes à l’égard des représentants de l’autorité, pas seulement les policiers », a déploré le chef de file libéral.

À ses yeux, la mort d’un policier lors d’une opération anti-drogue survenue mercredi à Avignon ferait bien d’être comprise comme « une mise en garde à l’égard de drames futurs qui pourraient survenir à l’occasion de l’aggravation de la violence à l’égard des forces de l’ordre et des tenants de l’autorité ou supposés tels ».

La privatisation de quartiers ou de territoires pour faciliter l’économie souterraine est l’objet d’enjeux financiers énormes et les réseaux criminels reculent de moins en moins à faire l’usage d’une violence extrême, au risque de transformer des portions de la ville en zone invivable où le non-respect de la loi devient la norme, a-t-il ajouté, par voie de communiqué.

Pour M. Van Goidsenhoven, l’annonce la Zone Midi, d’un renforcement à hauteur de 500.000€ de son réseau de caméras, et de l’engagement de 22 agents de police supplémentaires, pour positif qu’elle soit, paraît bien loin d’un arsenal de mesures pour faire face à la détermination croissante des réseaux criminels. C’est au travers d’un partenariat serré et dynamique entre police locale, police fédérale et Parquet, que des réponses suffisantes pourront être apportées, outre la question lancinante des moyens dévolus aux Zones de Police bruxelloises.

Enfin, il faudra aussi compter sur un soutien ferme et lucide de la Région pour aider les communes confrontées à des phénomènes criminels majeurs au détriment des habitants d’un nombre croissant de quartiers de nos villes », a-t-il conclu.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be