Abonnez-vous pour 1€

Le Standard est revenu de nulle part contre La Gantoise

Le Standard est revenu de nulle part contre La Gantoise

Sans Muleka, Bokadi et Siquet, sans Zinho Vanheusden non plus qui a tout de même retrouvé la pelouse de Sclessin le temps de l’échauffement samedi, on savait que le Standard allait connaître un match difficile face à Gand. En plus de ces forfaits, Mbaye Leye avait également posé des choix forts après la débâcle à Ostende, en titularisant les jeunes Allan Delferriere (19 ans) et Alexandro Calut (18) ainsi que Laurent Jans, présent sur la pelouse pour la première fois depuis le 7 mars (à Mouscron).

Pendant près d’une heure, le poids des absences fut certainement trop lourd à porter pour un Standard brouillon, abandonné par ses faiseurs de miracles que sont habituellement Selim Amallah, Nicolas Raskin et Joao Klauss. Aucune des occasions créées par les Liégeois n’aurait mérité qu’on s’y attarde si seulement il y avait eu autre chose à se mettre sous la dent, alors qu’en face, Tissoudali et Yaremchuk ont galvaudé un bon nombre d’occasions, franches pour le coup, devant un Bodart impérial (64e, 70e).

Les tentatives lointaines et timides de Gavory (14e), Amallah (41e) ou encore Delferriere (56e) ont finalement laissé place à un coup d’éclat du Belgo-Marocain qui ne méritait certainement pas de marquer, mais qui grâce à ce 10e but personnel cette saison en championnat a retrouvé son vrai visage dans la dernière demi-heure. Sa volée du pied gauche suite à une déviation intelligente d’Abdoul Tapsoba avait en effet des airs d’éclaircie dans la grisaille.

Plus qu’Amallah, c’est tout le Standard qui s’est métamorphosé suite à cette égalisation (Bezus avait fait 0-1 à la 8e), réparatrice comme il y a un mois en phase classique, lorsque le club principautaire avait réussi à renverser Gand après avoir concédé deux penalties. Le parallèle avec ce match « aller » encore bien présent dans les mémoires est même devenu saisissant lorsque « Mickey » Balikwisha a, comme il y a quatre semaines, donné l’avance aux siens en marquant son 8e but de la saison après avoir dribblé Sinan Bolat. Puis lorsqu’Arnaud Bodart, qui avait stoppé deux penalties lors de ce fameux match, a récidivé face au capitaine Vadis. Quelques secondes auparavant, c’est Bodart lui-même qui avait commis l’irréparable dans les pieds de Malede, pas aidé par la mauvaise protection de balle de Jans sur cette action. « Je pourrais presque faire un copier-coller de mon analyse d’il y a un mois », estime Mbaye Leye. « Mais j’ai vu ce que je voulais voir, c’est le plus important. Après la honte de cette défaite à Ostende, il fallait réagir et nous l’avons très bien fait malgré une première mi-temps où l’on sentait que les joueurs étaient encore dans la peur. »

Sans vraiment le mériter, mais en profitant pleinement de l’inefficacité et donc des cadeaux de Gand, le Standard a décroché une victoire qui lui permet de revenir provisoirement à deux points d’Ostende, le leader de ces Playoffs 2 qui se déplace à Malines ce dimanche (16h). Pour le club liégeois, l’Europe est encore relativement lointaine, mais ses espoirs d’y figurer la saison prochaine sont toujours bien intacts.

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ !


Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be