Barrage D1A/D1B: Seraing écrase Waasland-Beveren et monte en Pro League (2-5)

La fiesta dans les rangs liégeois.
La fiesta dans les rangs liégeois. - Belga

C’est porté par une obligation, celle de marquer au moins une fois, que le RFC Seraing se déplaçait au Freethiel, pour un match retour des barrages de Pro League qui pouvait lui offrir un accès au paradis du foot belge, un an seulement après avoir quitté la N1 pour rejoindre la D1B. Un vrai test de personnalité pour ce jeune groupe insouciant et pétillant. Convaincants à l’aller, dans le cœur du jeu, avec une discipline tactique et une maîtrise technique qui avaient secoué leurs opposants, les Métallos avaient décidé de faire face à l’Histoire en repartant sur des bases similaires : un seul changement (attendu) dans le onze de base était validé par Emilio Ferrera, avec la présence de Wagane Faye en défense centrale en lieu et place de Benjamin Boulenger, touché à la cuisse. Un Sénégalais, auteur d’un penalty au Pairay, qui se rappelait à ce mauvais souvenir, peu avant le quart d’heure, en touchant une nouvelle fois la balle du bras, dans un duel aérien avec Michael Frey. Une aubaine pour des Flandriens attentistes, peu enclins à s’éparpiller sur leur pelouse, qui prenait option sur le maintien.

Un avantage que les locaux ne conservaient que quelques minutes, le temps pour le VAR d’intervenir suite à… une faute de bras dans la surface du capitaine Dries Wuytens qui avait échappé à M. Boucaut. Georges Mikautadze – qui d’autre ? –, malgré les tentatives de déstabilisation de Nordin Jackers, s’en allait tromper, à contre-pied, le portier flamand et raviver l’espoir d’un exploit dans le clan liégeois.

21 buts pour Mikautadze

Un 21e goal pour le Géorgien, qui obligeait Waasland-Beveren à revoir légèrement sa copie et à sortir de sa zone de confort pour rééquilibrer les échanges. Paradoxalement, c’est une phase arrêtée en faveur des Rouge et Noir qui lançait définitivement cette partie sur les rails du spectacle, un amour de ballon déposé dans la boîte était repris de la tête par Brahim Sabaouni, dont c’était le tout premier but de l’exercice 2020-2021. Le vent avait tourné, même l’égalisation de Danel Sinani, sur une frappe sèche, ne pouvait ébranler la sérénité des visiteurs. Car, au jeu des montagnes russes, c’est Wagane Faye qui s’offrait le plus beau des vertiges : le numéro 4 sérésien se rachetait de son erreur en dégainant un heading sur un corner botté par Georges Mikautadze. Le défenseur africain ne pouvait retenir ses larmes de joie, alors que les Jaune et Bleu avaient compris que, cette fois, ils ne pourraient plus éviter l’inévitable dégringolade. Comme un symbole, Georges Mikautadze tuait tout suspense à vingt minutes du terme. Et Antoine Bernier de conclure de la plus belles des manières le retour du club en D1A, 25 ans après l’avoir quitté.

Notre sélection vidéo