Coronavirus: Test Achats demande une stratégie claire autour d’un éventuel «pass covid belge»

Coronavirus: Test Achats demande une stratégie claire autour d’un éventuel «pass covid belge»
Belga

«Le ministre Vandenbroucke a demandé au commissaire corona, Pedro Facon, de rendre un avis sur l’opportunité de sa mise en place. Certains y sont très favorables et considèrent ce pass comme un outil permettant de retrouver nos libertés alors que d’autres y voient au contraire une menace pour nos droits fondamentaux», souligne Test Achats.

Dans les courriers qu’elle a adressés aux différents ministres, l’organisation insiste tout d’abord sur «l’importance de démontrer de manière détaillée la nécessité et le caractère proportionnel de la mise en place d’un tel système par rapport à la situation actuelle». «La situation sanitaire le justifie-t-elle aujourd’hui? Sur la base de quels critères? A partir de quand jugera-t-on qu’un tel système n’est plus nécessaire? Qui sera responsable du contrôle de ces critères? Comment évite-t-on que ce pass ne soit utilisé à d’autres fins que celles initialement prévues?», s’interroge-t-elle.

Si un tel pass devait être mis en place, Test Achats a d’ores et déjà formulé plusieurs demandes. «Les tests PCR devraient être gratuits pour les personnes non vaccinées», souligne Julie Frère, porte-parole de Test Achats. «Ces personnes seront déjà discriminées par rapport aux personnes vaccinées étant donné qu’elles devront s’organiser/planifier leurs sorties et se déplacer dans un centre de testing contrairement aux personnes vaccinées qui ne devront pas faire face à ces obstacles «administratifs». Il ne serait pas acceptable qu’elles soient en outre pénalisées en devant payer ce test. Dans le cas de figure où ce pass devrait être utilisé au quotidien, pour aller au restaurant, cinéma ou théâtre par exemple, nous doutons de la capacité des centres de testing à suivre la demande. Dans ce cas, on se retrouverait dans une situation où, de facto, seules les personnes vaccinées pourraient sortir, ce qui est évidemment inacceptable.»

L’organisation insiste également sur l’importance de rendre cet éventuel pass disponible aussi bien en format papier que numérique, de définir strictement la durée de mise en place de ce système et de conservation des données collectées. Elle estime enfin qu’une attention particulière doit être donnée aux jeunes, premiers concernés par les sorties et activités qui seraient désormais conditionnées au pass, mais également les derniers à se faire vacciner.