Abonnez-vous pour 1€

Dimitri De Condé, l’invité du samedi: «Pour devenir un vrai grand, Genk va devoir un jour sortir de son Limbourg»

@News
@News

Trois semaines et demie après une étape triomphale au stade Roi Baudouin qui lui a permis de brandir son 9e trophée en l’espace de 23 ans, le Racing on tour fera cette fois escale à Anderlecht. Où il peut à la fois perdre son avance comme il peut effectuer un énorme pas vers les préliminaires de la Ligue des champions, lors d’un pile ou face qui vaudra la peine d’être vécu.

Dimitri De Condé, certains craignaient que Genk ne soit démobilisé en abordant les Playoffs 1, après avoir remporté la 5e Coupe de son histoire. C’est même tout le contraire. Surprise ou demi-surprise ?

Je ne prends aucune de ces deux propositions. Et j’en avance une troisième : l’application par le groupe de ce qu’on s’était proposé ensemble au début de la saison : franchir le goulet d’étranglement de Playoffs 1 qui passaient de 6 à 4 équipes, et tenter de gagner le deuxième prix mis en jeu, comme pratiquement toutes les équipes de D1A veulent le faire, en soulevant la Coupe de Belgique. On a réussi à aller au bout, on a marqué le coup en fêtant ça entre nous alors qu’on aurait préféré que ce soit en présence des supporters. Mais ça s’est arrêté là. L’équipe a su se reconcentrer directement sur l’amélioration du deuxième objectif, à savoir aller chercher le second ticket ouvrant la voie de la Ligue des champions.

> Un entretien à coeur ouvert: «Si les joueurs voulaient la peau de van den Brom, ils auraient dû obtenir la mienne au préalable».

> «À Genk, on ne veut ni d’un cheikh ni d’un Belge fortuné qui concentrerait tout le pouvoir dans son portefeuille».

> Dimitri De Condé ne se fait plus beaucoup d’espoirs concernant le titre: «Il faut rester raisonnable, l’avance de Bruges est quand même de 5 points».

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be