Abonnez-vous pour 1€

Sport amateur: après avoir autorisé les matches amicaux, Valérie Glatigny fait volte-face!

Les matchs doivent se faire à l’intérieur de la bulle des clubs. La ministre a changé d’avis ce vendredi soir!
Les matchs doivent se faire à l’intérieur de la bulle des clubs. La ministre a changé d’avis ce vendredi soir! - FB

Il nous avait fallu six bonnes heures pour penser avoir démêlé le nœud dans lequel on avait mis l’ensemble des coordinateurs sportifs de Wallonie et de Bruxelles. Que ce soit de football, de baseball, de hockey ou encore de balle pelote. Ce jeudi, ils avaient appris que le centre de crise fédéral avait envoyé un message aux gouverneurs de province. « Nous avons été interpellés par plusieurs d’entre vous afin de savoir si les matches sportifs amicaux non professionnels sont actuellement autorisés. Après concertation avec le cabinet Intérieur, voici les éléments que nous pouvons vous communiquer : les compétitions sportives non professionnelles sont à ce stade encore interdites. Un match amical non professionnel ne peut pas, à ce stade, être organisé qu’il ait lieu au sein d’un même club sportif ou entre des clubs sportifs différents ». Nous avons joint le porte-parole du centre de crise fédéral, Antoine Iseux. Qui a confirmé l’interdiction mais il y a un « mais ». « En fait, cela dépend de l’interprétation que chaque ministre des Sports pourrait en faire. Mais s’ils interprétaient cela comme un entraînement, il resterait malgré tout des conditions à remplir ».

On pouvait donc jouer sur les mots… à condition que les clubs respectent les mesures du plan plein air. À savoir : un maximum de 25 joueurs pour l’ensemble des deux équipes (les arbitres et le staff ne comptent pas), le public est interdit pour les 19 ans et plus, jusqu’à cet âge, un parent par joueur est autorisé et les buvettes doivent rester fermées, sauf si elles possèdent une terrasse.

Cette après-midi, la ministre des Sports Valérie Glatigny a essayé de clarifier la chose. « Conformément à l’arrêté ministériel du fédéral, les activités sportives dans un contexte organisé peuvent se tenir à 25 personnes maximum, encadrants non compris, en extérieur ; les compétitions sportives non professionnelles sont à ce stade encore interdites. Il appartient aux autorités locales d’apprécier, au cas par cas, si les activités sportives des clubs respectent bien le cadre prescrit. La règle en vigueur poursuit un objectif sanitaire, à savoir, éviter un mélange important de personnes de nature à augmenter les contaminations. À ce titre, il peut être décidé par les autorités locales qu’un entraînement entre deux équipes d’un même club n’est pas de nature à engendrer une hausse des contaminations, et peut donc être autorisé. Les compétitions non professionnelles pourront reprendre dès le 9 juin. ». Au cabinet de la ministre, on précisait à 15h qu’un contact préalable avec les autorités locales permettrait de s’assurer de la bonne organisation de l’activité.

Restait LA question qui intéressait tout le monde  : des matches amicaux entre équipes différentes pouvaient-ils être autorisés ? « Il revient aux autorités locales d’apprécier, au cas par cas, si les activités prévues par les clubs respectent le cadre prescrit par l’arrêté ministériel et ses objectifs sanitaires, à savoir éviter une hausse des contaminations », avait-on répondu.

Une semaine pour se rendre compte que...

En résumé, les joutes d’entraînement n’étaient alors pas interdites ce week-end en Wallonie et à Bruxelles mais chaque bourgmestre pouvait s’assurer que tout est mis en œuvre pour respecter les règles précisées ci-dessus.

Et à 19h15, patatras ! Le porte-parole de la ministre nous informe que « malgré notre volonté de permettre au maximum les matches amicaux, il apparaît que l’assimilation de ceux-ci par l’arrêté du ministre de l’Intérieur à des compétitions ne permet malheureusement pas avant le 9/6 d’aller au-delà que de permettre les matches amicaux uniquement entre équipes d’un même club, ce qui est déjà une avancée par rapport à la situation initiale ».

Rappelons que dès le 8 mai, la ministre confirmait que les matches amicaux étaient autorisés. L’AISF, l’instance reconnue par le ministère l’avait d’ailleurs mis sur son protocole. À côté de la tenue des matches amicaux, il y avait le point vert les autorisant !

Il aura donc fallu un mail du centre de crise, adressé aux gouverneurs, pour faire écrouler le château de cartes ! Pathétique...

Pierre Nizet

Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be