Abonnez-vous pour 1€

Le sale temps continue pour les terrasses et les cafetiers

Le sale temps continue pour les terrasses et les cafetiers
Belga

Après avoir connu le mois d’avril le plus froid en Belgique depuis 35 années, le mois de mai n’a pas encore pris son envol printanier. Nous l’avions d’ailleurs annoncé en ce début de mois avec les tendances météorologiques de Philippe Mievis (MeteoBelgique), il ne fallait pas s’attendre à de la chaleur pour ce cinquième mois de l’année. La preuve avec les températures enregistrées entre le 1er et le 13 mai à Uccle par l’IRM, on atteint une faible moyenne de 10,8º, soit 0,4º de plus que le pire mois de mai enregistré ces derniers 30 ans (10,4º en 1991). On pourrait même la qualifier de « médiocre » même s’il restait encore 17 jours pour analyser ce mois dans son entièreté. La moyenne pour un mois de mai normal est de 13,6º. Le record date de 2008 (16,4º).

Et quand on regarde les prévisions, ce n’est pas jojo. Au programme, des températures de saison trop basses et de la pluie prévue de ce samedi 15 au vendredi 21 mai. Bref, cela ne va pas rendre le sourire aux cafetiers et aux restaurateurs qui ont une terrasse ! « C’est vrai que l’engouement du premier week-end s’est estompé », constate Yves Collette, le président de la section professionnelle des Cafetiers et qui parle en sa qualité d’administrateur de la Fédération Liège, Namur et Brabant wallon. « La plupart des cafetiers qui ont une terrasse ont rouvert même s’ils sont loin de trouver la rentabilité. Ils l’ont fait pour donner du travail à leurs employés et, aussi, pour ne pas perdre de clients qui seraient attirés par un café voisin qui, lui, aurait rouvert ».

Le maintien de la TVA à 6 %

Il confirme notre impression : « Les clients fonctionnent par rapport à la météo. Certaines réservations tombent au fil des mauvaises prévisions. Ceux qui ont une grande surface couverte et sans vent, passe encore. Pour les autres… » Et pas question d’accueillir les clients à l’intérieur, même si les trombes d’eau tombent. « Il va falloir attendre plusieurs semaines pour retrouver la dynamique. Là, vous ne pouvez toujours pas compter sur votre clientèle de comptoir, ni de celle qui mise sur les jeux informatiques ».

Le chiffre d’affaires s’en ressent, même si les aides sont toujours là pour mettre un peu de beurre dans les épinards. « Ce chiffre d’affaires dépend de la situation géographique et de l’ensoleillement ». Entre 50 et 60 % des cafés auraient rouverts, selon Yves Collette qui connaît déjà des brasseries qui ont fermé définitivement leurs portes. « La grosse vague arrivera quand les aides seront terminées et que les propriétaires demanderont de rembourser les loyers impayés. Oui, il y aura beaucoup de faillites et un avant et un après-Covid ».

Il espère que la baisse de la TVA à 6 % sera maintenue après la fin du mois de septembre. « Cela permettra peut-être au secteur de se relever mais, en voyant le nombre de Wallons qui ne veulent pas se faire vacciner, j’ai des craintes que cela reparte dès le mois d’octobre… »

Pierre Nizet

Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be