Abonnez-vous pour 1€

Mbaye Leye dresse le bilan de son travail depuis janvier: «Si on aime le Standard, il faut arrêter d’être nostalgique!»

Mbaye Leye dresse le bilan de son travail depuis janvier: «Si on aime le Standard, il faut arrêter d’être nostalgique!»
Belga

Ses cinq premiers mois de T1 au Standard. « Un entraîneur a beaucoup de personnalités à gérer et pas que les joueurs mais toute la structure qui va avec, la direction, les supporters et surtout ceux qui donnent leur avis sur le travail qu’on fournit. Il y a toujours des paramètres qu’on ne maîtrise pas. La seule solution que je connais, c’est le travail. Parce que quand le travail est bien fait, tôt ou tard les résultats sont là. Après, quand tu es jeune dans le métier, les gens ont toujours envie de te dire comment tu dois te comporter, t’exprimer. Le fait que tout le monde ait la parole rend les choses un peu plus compliquées mais pour moi, cela ne change rien. J’ai appris que ceux qui parlent de toi le plus sont ceux qui te connaissent le moins et savent le moins le travail que tu fais. Je sais où je vais, et Bruno (NDLR : Venanzi, le président) le sait aussi. On a la même vision. Au final, il faut juste aimer le club et vouloir travailler pour le club, pas pour soi-même ».

>> Ses regrets, ses relations avec les joueurs, les objectifs de la prochaine saison, le recrutement du Standard... Mbaye Leye fait le point.

>> Le coach liégeois dresse le bilan de son travail au Standard.

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ !


Notre sélection vidéo