Le Bélarus affirme avoir agi dans la légalité en interceptant le vol de Ryanair après une «alerte à la bombe»

Le Bélarus affirme avoir agi dans la légalité en interceptant le vol de Ryanair après une «alerte à la bombe»
Reuters

«Il n’y a aucun doute que les actions de nos organes compétents étaient en conformité avec les règles internationales», a indiqué le ministère des Affaires étrangères sur son site, rejetant les «accusations sans fondement» de pays européens, accusés de «politiser» l’incident.

«C’est du point de vue de la sécurité (...) qu’il faut regarder cet incident», a-t-il indiqué, en référence à l’alerte à la bombe qui a conduit à l’atterrissage à Minsk dimanche du vol Ryanair reliant la Grèce à la Lituanie, deux pays de l’UE.

Les Occidentaux et les détracteurs du régime d’Alexandre Loukachenko ont eux estimé qu’il s’agissait d’un détournement d’avion, certains parlant même de «terrorisme d’Etat», destiné à arrêter Roman Protassevitch, 26 ans, ancien rédacteur en chef de l’influent média d’opposition bélarusse Nexta.

L’avion avait été intercepté juste avant d’entrer dans l’espace aérien lituanien par l’armée de l’air bélarusse sur ordre du président Alexandre Loukachenko, arguant d’une alerte à la bombe qui selon Minsk s’est révélée mensongère.

L’opposant, considéré comme un «terroriste» par les autorités du Bélarus a été interpellé à l’aéroport de la capitale bélarusse.

Moscou «choqué» par les accusations occidentales contre le Bélarus

«C’est choquant que l’Occident considère que l’incident dans l’espace aérien du Bélarus soit +choquant+», a ironisé sur Facebook la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, relevant que les Etats occidentaux se sont par le passé rendus coupables «d’enlèvements, d’atterrissages forcés et d’arrestations illégales».

Notre sélection vidéo