Abonnez-vous pour 1€

L’avenir du fret ferroviaire européen passe aussi par Athus

Adina Vãlean et Georges Gilkinet à Athus.
Adina Vãlean et Georges Gilkinet à Athus. - Belga

Le terminal d’Athus, situé à proximité de la frontière entre la Belgique, le Luxembourg et la France, est considéré comme le «premier port sec de Belgique».

Ambitions européennes

Ce terminal est un carrefour multimodal européen du fret ferroviaire, au cœur du corridor «Mer du Nord - Méditerranée», reliant notamment le port d’Anvers à la Méditerranée par la vallée du Rhône, ainsi qu’indirectement via la Suisse et le nord de l’Italie.

La commissaire Vãlean a réaffirmé lors de cette visite les ambitions européennes en matière de transport ferroviaire de marchandises.

«Notre objectif est d’augmenter le trafic ferroviaire de marchandises de 50% d’ici à 2030, et de le doubler d’ici à 2050», a-t-elle déclaré.

Colonne vertébrale

Le ministre Gilkinet a quant à lui souligné la volonté de faire du rail «la colonne vertébrale» de la mobilité. «Un train de marchandises, c’est cinquante camions en moins sur les routes ; et pour un euro investi dans le rail, ce sont trois euros de retour sur investissement».

Le terminal d’Athus permet actuellement de transporter annuellement 55.000 conteneurs via le rail.

Par ailleurs, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, Infrabel, a annoncé ce jeudi que le chantier visant à relier directement par le train le terminal d’Athus à Mont-Saint-Martin, en France, devrait être terminé au mois d’août. Le déficit d’accès direct entre les deux pays sera alors comblé.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be