« SDF », « droguée », « mourante » : Ophélie Winter revient dans les médias et fait le point sur sa prétendue descente aux enfers (vidéos)

Vidéos
« SDF », « droguée », « mourante » : Ophélie Winter revient dans les médias et fait le point sur sa prétendue descente aux enfers (vidéos)
Capture d’écran France 2

Voilà des années qu’elle n’était plus apparue à la télévision. Ce samedi soir, Ophélie Winter a fait son grand retour médiatique dans l’émission de Laurent Ruquier, « On est en direct », sur France 2. L’occasion pour elle de faire la promotion de son autobiographie, « Résilience ».

Celle qui préfère aujourd’hui s’appeler Ophélie Kleerekoper (son vrai nom) s’est prêtée au jeu de l’interview-vérité, en dévoilant plusieurs secrets qu’elle raconte également dans son livre. On a ainsi appris qu’elle avait failli être princesse de Monaco ! « Je travaillais avec ma mère à l’époque et on avait reçu un rouleau de fax d’Albert de Monaco, qui me proposait – avec un contrat - de l’épouser et d’habiter là-bas […] J’étais très copine avec Albert, on s’entendait vraiment très bien, mais j’avais tellement envie de travailler. C’était antinomique », a-t-elle expliqué, après être revenue sur son histoire d’amour avec Prince à l’âge de 17 ans et son coup de fil tumultueux avec Whitney Houston, lors d’une sortie en boîte avec Bobby Brown. Dans son bouquin, elle évoque également ses relations avec MC Solaar et Alain Chabat, sans pour autant citer leur nom.

En plus de ses histoires d’amour, Ophélie Winter s’est livrée sur sa participation à « Danse avec les stars », dont elle ne garde pas le meilleur des souvenirs. « J’ai galéré […] je me sentais ridicule », a-t-elle admis. Dans son autobiographie, elle revient sur son accident qui lui avait coûté deux côtes cassées et des cervicales dans un sale état. « J’ai encore des séquelles. Je dois me faire opérer des cervicales. En fait, je trouve que la production ne suit pas assez les artistes, à la sortie du show », a-t-elle notamment déploré.

« Je ne suis pas SDF » ; « Droguée, mourante ? Je l’ai été »

Bien évidemment, Laurent Ruquier n’a pu s’empêcher de la questionner sur son état actuel, que ce soit d’un point de vue moral ou financier. Il y a plus d’un an, de nombreux médias avaient relayé sa descente aux enfers, la disant même « SDF ». Aujourd’hui, Ophélie avoue ne plus être aussi riche qu’avant. Pour autant, elle tient à clarifier les choses : « Je ne suis pas SDF. Tout va bien pour moi… J’ai une maison […] Je trouve ça horrible de dire des choses comme ça sur les gens. Ils feraient mieux de braquer leurs caméras sur les vrais SDF, car il y en a une tonne ». Concernant la drogue, elle a confié en avoir déjà pris, « comme tout le monde dans ce métier, c’est un passage obligé ». On l’a aussi dite mourante… « Je l’ai été », a-t-elle répondu. Une séquence à revoir ici vers 22 minutes 45.

Il faut dire que la vie de la chanteuse de 47 ans n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. D’un point de vue santé, elle a confié souffrir de la névralgie d’Arnold et d’une double névralgie des nerfs trijumeaux. D’un point de vue psychologique, elle a révélé avoir fait un burn out, notamment dû aux paparazzis qui la pourchassaient sans arrêt : « C’était Lady Di ! J’ai failli faire la même chose. » Et enfin, niveau familial, elle a énormément souffert de sa relation avec son père, qu’elle a très peu connu, et avec sa mère, mannequin et chanteuse ratée, projetant ses ambitions sur sa fille.

Ce passé douloureux, l’interprète de « Dieu m’a donné la foi » compte bien l’enterrer. Ces dernières années, elle les a passées à écrire son livre, entre l’Autriche, la Turquie et l’île de la Réunion. Le futur, elle l’envisage sur scène. « Mais un truc très intime », précise-t-elle. « Les gens m’attendent comme Kylie Minogue, avec des changements de fringues, des danseurs… Mais moi, j’ai envie de faire des petites scènes intimistes, d’être pieds nus avec une robe. » C’est tout le bien qu’on lui souhaite.

Notre sélection vidéo