Abonnez-vous pour 1€

Zinedine Zidane sort du silence et donne les raisons de son départ du Real Madrid: «Le club ne me donne pas la confiance dont j’ai besoin»

Photonews
Photonews

Le regard de Zinedine Zidane sur un fond blanc et ces mots : « Je pars parce que le club ne me donne pas la confiance dont j’ai besoin ». C’est la Une de AS ce lundi matin. L’entraîneur français a publié une lettre ouverte dans le journal espagnol pour expliquer les raisons de son départ du Real Madrid, officialisé jeudi dernier. Une initiative étonnante de la part de Zidane, qui semble vouloir s’adresser sans filtre à ses « chers madridistas », les supporters du Real.

Après avoir exprimé tout l’amour qu’il porte à ce club, dont il a porté le maillot de joueur et le costume d’entraîneur, Zidane explique avoir accepté de revenir en mars 2019 « parce que le président Florentino Pérez me l’a demandé, bien sûr, mais aussi parce que vous me l’avez dit tous les jours ». Il sera « toujours reconnaissant » envers Pérez, mais ne cache pas son amertume à son égard. « Je pars car j’ai l’impression que le club ne me donne plus la confiance dont j’ai besoin, il ne m’offre pas le soutien pour construire quelque chose à moyen ou long terme. »

Zidane estime qu’une chose très importante a été oubliée : ce qu’il a construit au quotidien au sein du club et notamment, sa relation avec les joueurs et les personnes qui travaillent autour de l’équipe. « Je suis né gagnant et j’étais ici pour conquérir des trophées, mais au-delà de cela, il y a les êtres humains, les émotions, la vie et j’ai le sentiment que ces choses n’ont pas été valorisées, et qu’il n’a pas été compris que la dynamique d’un grand club se maintient comme ça. Même, d’une certaine manière, on m’a fait des reproches », regrette le Français.

« Blessé » par certains messages

« J’aurais aimé que ma relation avec le club et avec le président ces derniers mois soit un peu différente de celle des autres entraîneurs », poursuit-il. « Je ne demandais pas des privilèges, bien sûr que non, mais un peu plus de mémoire. Aujourd’hui, la vie d’un entraîneur sur le banc d’un grand club est de deux saisons, pas beaucoup plus. Pour que cela dure plus longtemps, les relations humaines sont essentielles, elles sont plus importantes que l’argent, plus importantes que la célébrité, plus importantes que tout. Vous devez vous en occuper. »

L’ancien attaquant avoue avoir été « blessé » en voyant certains messages divulgués « intentionnellement aux médias ». « Heureusement que j’avais des garçons merveilleux qui allaient mourir avec moi », écrit Zidane. « Quand les choses ont mal tourné, ils m’ont sauvé avec de grandes victoires. Parce qu’ils croyaient en moi et qu’ils savaient que je croyais en eux. »

Enfin, il conclut en adressant un mot aux journalistes avec qui il regrette ne pas avoir pu parler plus souvent de football en conférence de presse, au lieu de répondre à des questions « toujours orientées vers la polémique ».

Foot amateur et chez les jeunes