Abonnez-vous pour 1€

Signes convictionnels: Georges-Louis Bouchez critique la nomination par Ecolo d’une commissaire du gouvernement qui porte le foulard

Le président du MR Georges-Louis Bouchez.
Le président du MR Georges-Louis Bouchez. - PYT.

Ihsane Haouach a été désignée commissaire du gouvernement auprès l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, sur proposition de la secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres, à l’égalité des chances et à la diversité Sarah Schlitz (Ecolo). Diplômée de la Solvay Business School, elle a commencé sa carrière dans le secteur énergétique et est notamment administratrice du Brugel, l’autorité de régulation pour les marchés de l’électricité, du gaz et de l’eau à Bruxelles. Ihsane Haouach, qui porte le voile, est également à l’origine de plusieurs initiatives en faveur des jeunes et des femmes.

Une nomination qui interpelle le président du Mouvement Réformateur, Georges-Louis Bouchez. « Du côté du MR, on est totalement favorables à la liberté des individus, dont la liberté de porter des signes religieux ou politiques, que ce soit dans la sphère publique ou chez un employeur privé s’il l’autorise », nous explique Georges-Louis Bouchez. « Mais nous sommes pour la neutralité de l’Etat. Et lorsqu’on travaille pour celui-ci, il faut faire preuve de neutralité. Et il y a d’ailleurs un principe d’apparence d’impartialité et c’est la raison pour laquelle des magistrats portent des toges. Si, au football, un arbitre porte un tatouage d’Anderlecht sur sa main, ses décisions feraient l’objet de doutes… »

Le président du Mouvement réformateur s’interroge encore davantage sur le choix d’une personne portant un signe religieux à l’Institut pour l’Égalité des femmes et des hommes.

« La meilleure pour occuper ce poste »

Du côté du cabinet de Sarah Schlitz, on critique l’interprétation juridique de cette désignation livrée par le président du Mouvement réformateur. « Cette désignation est une prérogative de la Secrétaire d’Etat et Ihsane Haouach a été choisie pour ses compétences et parce qu’elle est la meilleure personne pour occuper ce poste », nous précise le porte-parole de Sarah Schlitz. « Rappelons qu’un commissaire de gouvernement ne vote pas au conseil d’administration et qu’il n’y a pas de volonté de Sarah Schlitz de pousser un agenda politique. Cette désignation avait été décidée avant la condamnation de la Stib pour discrimination. Enfin, la commissaire de gouvernement n’est pas soumise aux règles spécifiques de la fonction publique car elle n’est pas fonctionnaire. ».

C’est dans ce contexte que le MR déposera à la Chambre une proposition de loi identique à celle déposée au parlement bruxellois visant à interdire les signes convictionnels dans la fonction publique. Le texte concernera également les commissaires du gouvernement qui, selon les libéraux, ne sont pas des administrateurs désignés par un parti mais des représentants de tout l’exécutif se devant donc d’être neutres.

Notre sélection vidéo