Notre destination de la semaine: à la découverte du barrage de la Gileppe

Notre destination de la semaine: à la découverte du barrage de la Gileppe
Office du Tourisme Jalhay-Sart

Un lion de pierre au regard figé domine un barrage hydraulique à Jalhay, en province de Liège, entre Eupen et Malmedy. Son histoire n’est pas liée à celui de Waterloo qui évoque une célèbre bataille alors que le fauve de grès de la Gileppe symbolise le remarquable génie civil belge.

Inauguré le 28 juillet 1878 dans l’un des plus beaux sites de Belgique, le barrage de la Gileppe a été conçu pour répondre aux besoins en eau suite à l’expansion de l’industrie textile en région verviétoise et le défrichement de la forêt de Hertogenwald.

Plusieurs études, notamment du sol, ont argumenté le choix de l’endroit.

La paroi du barrage est l’une des plus anciennes d’Europe.

Après un siècle de fonctionnement, sa capacité de 13,26 millions de m³ est déjà insuffisante. Entre 1967 et 1971, le barrage est surélevé et consolidé afin de doubler son volume.

Sa fonction première est de constituer une réserve d’eau potable pour faire face à deux années consécutives de sécheresse. Avec le barrage de la Vesdre à Eupen, la Gileppe sert aussi à gérer les crues et réguler le niveau de la rivière et ses affluents.

L’eau produit aussi de l’électricité. Après son captage, elle est envoyée dans des turbines de la centrale hydroélectrique qui transforment l’énergie en électricité utilisée pour les besoins du complexe, l’excédent étant revendu au réseau public de distribution.

Une attraction touristique majeure

Outre son rôle de captage et de réserve d’eau, la Gileppe est également un centre touristique phare majeur de Wallonie.

La tour panoramique et le lion de pierre sont les deux figures emblématiques du complexe serti de paysages tout aussi verdoyants qu’époustouflants.

Lors sa construction au début du 19ème siècle, la statue de 30 tonnes élancée à 13,5 m de haut et longue de 16 m a été façonnée en grès tendre de la vallée de la Sûre au Luxembourg.

Le site délimitait la proche frontière prussienne à environ 5 km.

Lors de la restauration du lion en 2000, les 183 blocs qui le constituent tels un puzzle démesuré ont été entièrement démontés et remontés après les travaux d’extension du barrage.

Haute de 77,60 m et entièrement vitrée sur sa partie supérieure, la tour panoramique, accessible par ascenseur, offre une vue imprenable et inoubliable sur la région.

On peut aussi y découvrir une exposition permanente sur le bâtiment et se sustenter.

L’autre pôle touristique de l’entité est la Baraque Michel (674 m), point culminant de Belgique jusqu’en 1919, avant l’annexion de la partie orientale du plateau qui appartenait à la Prusse.

Aujourd’hui, la Baraque Michel est le 3ème point culminant du pays après le Signal de Botrange (694 m) et le Weisser Stein dans la commune de Bullange (691 m).

Le lieu-dit doit son nom à l’auberge éponyme datant du 19ème siècle.

Selon la légende, un homme se serait égaré dans les Fagnes. Épuisé par sa lutte contre les éléments, il aurait fait le vœu, s’il échappait à la mort, de bâtir dans la lande un refuge où les âmes perdues y trouveraient asile.

Notre sélection vidéo