Barbara Pravi, révélation française de l’Eurovision: «Si les Italiens avaient été disqualifiés, jamais je n’aurais accepté la première place!»

«Je préfère faire les choses exactement comme j’en ai envie, quitte à passer pour quelqu’un de rigide.»
«Je préfère faire les choses exactement comme j’en ai envie, quitte à passer pour quelqu’un de rigide.» - Prod

Après un long suspense, il y a trois semaines, Barbara Pravi a finalement terminé deuxième de l’Eurovision. Une longue attribution des points qui n’est pas si insoutenable que ça pour les candidats.

« En fait, en vrai, on a moins de suspense. Au moment où on va nous filer les 12 points, il y a un caméraman qui arrive à côté de nous quelques minutes avant ! Donc on sait ce qui va se passer ! » Barbara se souvient aussi du moment le plus marquant de la soirée. « Je savais qu’il y avait mon grand-père, mon mec, ma sœur, mes parents devant la télé ainsi que des millions de téléspectateurs… Mais il s’est passé un truc de dingue ce soir-là quand je chantais : le projecteur derrière moi a projeté mon ombre devant moi, c’était gigantesque ! J’ai eu une sensation dingue de liberté, avec cette ombre immense. Et ça fait écho à la grandeur de cette soirée ».

« C’est vraiment triste! »

Et ne comptez pas sur la souriante artiste Française pour balancer. Une polémique (une de plus à l’Eurovision…) vise les gagnants italiens, suspectés de s’être drogués, et alors ? « J’ai l’impression que la polémique n’est pas inhérente forcément à l’Eurovision mais à toute personne qui devient personnage public. Je ne comprends pas ce truc de vouloir faire chier le monde ! Quand j’ai vu la polémique, je me suis dit que c’était vraiment triste. Les Italiens n’ont rien demandé, moi non plus. Et s’ils avaient été disqualifiés, jamais je n’aurais accepté la première place ! Les mecs, ils ont été élus par le public, ils sont extrêmement connus, c’est super cool ce qu’ils font, donc c’est normal qu’ils aient gagné ! »

Et non, Barbara Pravi n’en veut pas – « vraiment pas » – à la Belgique de ne pas lui avoir attribué de point. « Moi-même j’étais assez triste parce que la France a donné zéro point à la Serbie et c’est le pays de mon grand-père. »

>>> Retrouvez son interview complète en cliquant ICI.

Notre sélection vidéo