Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Violentes bagarres et coups de couteau au domaine récréatif Blaarmeersen à Gand ce mercredi: la police présente en masse, le site évacué! (photo)

Violentes bagarres et coups de couteau au domaine récréatif Blaarmeersen à Gand ce mercredi: la police présente en masse, le site évacué! (photo)
Archive Belga

Ce mercredi au Blaarmeersen était le premier jour où il était officiellement autorisé de nager. La journée s’est bien déroulée mais en fin d’après-midi, une violente bagarre a éclaté. Une personne a été victime d’une commotion cérébrale, au moins une autre a été poignardée. La police s’est chargée d’évacuer tout le domaine rapporte HLN.

Suite à ces débordements, la ville a réagi. « Demain, nous consulterons la police pour voir quelles mesures supplémentaires peuvent être prises », a déclaré le bourgmestre de Gand, Mathias De Clercq. « Le Blaarmeersen est une zone de loisirs, les gens viennent ici pour bronzer et s’amuser, » a-t-il expliqué à nos confrères de HLN.

D’après le Nieuwsblad, les instigateurs sont des bruxellois. « Ils sont venus ici en groupes et ont grimpé par-dessus la clôture. Nous savions immédiatement que ça allait devenir fou. Ils ont ignoré les instructions des sauveteurs et ont attaqué des personnes. Les femmes en particulier se sont senties visées », a expliqué une personne qui travaille sur les lieux. « Nous sommes arrivés sur les lieux avec pas mal de véhicules et les jeunes bruxellois ont été priés de quitter les lieux », a déclaré un porte-parole de la police à nos confrères du Nieuwsblad.

Depuis ce mercredi, le parc de loisirs a permis aux gens de se baigner à nouveau au Blaarmeersen. Un système de réservation a rendu l'enregistrement obligatoire pour les personnes qui ne sont pas originaires de Flandre orientale, mais mercredi soir, une grande bagarre a éclaté. La cause n'est pas encore connue, mais la police est arrivée en masse. Les services d'urgence ont également été appelés, mais la police locale n'a pas encore d'informations sur les victimes.

Retrouvez cet article et bien plus encore dans notre nouvelle application Sudinfo

Notre sélection vidéo