«Jusqu’à 200 000€ par mois»: le business de ces candidats de télé-réalité qui vendent leurs photos de charme

«Jusqu’à 200 000€ par mois»: le business de ces candidats de télé-réalité qui vendent leurs photos de charme
Instagram Nathalie Andreani / Illan Castronovo

Si vous utilisez les réseaux sociaux, vous avez déjà très certainement vu des publications un peu « olé olé » qui renvoient vers des comptes Onlyfans ou encore MYM. Ces sites proposent à celui qui le désire de vendre des photos dites « de charme », qui penchent parfois pour le pornographique.

Et le concept fait un véritable carton parmi les candidats de télé-réalité. Le Parisien est allé à la rencontre de certains d’entre eux.

Clément Castelli, vu dans « les Princes de l’amour » (W9) et « les Vacances des Anges » (NRJ 12), Dylan Gruson, ancien candidat de W9, Illan Castronovo (« Les Anges », « Les Marseillais ») ou encore la pionnière Nathalie Andreani (« Secret Story ») sont de véritables adeptes, de manière plus ou moins osée.

Ces photos, elles peuvent rapporter gros. Par exemple, Antoine Goretti confie au Parisien : « Le public étant plus masculin, c’est pour les femmes que ces plates-formes sont le plus lucratives. Moi, je gagne 2500 à 3000 euros par mois. Mais j’ai des amies qui font dix fois plus de chiffre d’affaires. »

D’autres gagnent beaucoup, beaucoup plus : « Je viens de finir un mois à 120 000 euros », confie une candidate sous couvert d’anonymat. « Pendant le premier confinement, je me faisais jusqu’à 200 000 euros par mois  », confie une autre.

Le cliché prend de la valeur s’il n’est vendu qu’une seule fois. L’exclusivité est demandée, et elle rapporte : « Sur ces sites, les abonnés peuvent réclamer des photos et vidéos exclusives contre de l’argent. Tout comme les modèles ont la possibilité de proposer des clichés exclusifs. Une photo de moi nue peut vite valoir 1000 euros  », confie une fidèle des émissions de W9 et TFX au Parisien.

Nathalie Andreani, la pionnière

Révélée dans « Secret Story » sur TF1 en 2014, la candidate de télé-réalité a été une des premières à se lancer. Si vous ne vous rappelez pas d’elle, c’était elle qui était en couple avec Vivian, bien plus jeune qu’elle.

Après s’être lancée sur Onlyfans et MYM, Nathalie Andreani a créé sa propre plateforme, « Dresscode », pour éviter les commissions prises par les plateformes plus classiques : « Cela pouvait représenter jusqu’à 30 000€ de frais par mois  », dénonce celle qui compte plus d’un millier d’abonnés qui payent 24€ par mois pour avoir accès à son contenu, et échanger avec elle.

Véritable business woman, la quinquagénaire a embarqué son frère et sa sœur, qui ont mis sur pied une agence de modèles pour ces sites. Intitulée « Model for You », elle offre un encadrement et une gestion des revenus pour les jeunes femmes.

Elle l’assure, Nathalie Andreani n’est pas près d’arrêter son business : « Tant que je fais de l’argent, c’est compliqué d’arrêter. Mais lorsque je le déciderai, je me consacrerai à ces autres business. (NDLR : l’agence ‘Model for You’ par exemple) »

Notre sélection vidéo