Jason Denayer revient sur son erreur qui a coûté un but contre le Danemark: «Une bourde, ça peut arriver»

Le joueur de Lyon conserve son sourire.
Le joueur de Lyon conserve son sourire. - Belga

Auteur d’une énorme bourde qui aurait pu coûter très cher en tout début de match au Danemark, Jason Denayer n’a pas fui ses responsabilités, samedi après-midi, quand il s’est présenté en conférence de presse. « Rapidement, mes coéquipiers m’ont encouragé, mais c’est clair que cela n’était pas le scénario rêvé pour débuter mon Euro », admet humblement le défenseur central de Lyon, qui avoue n’avoir pas encore vu jouer la Finlande, l’adversaire des Diables lundi soir. «  Sur le moment, je m’en suis énormément voulu parce que j’ai fait une mauvaise passe (ndlr : la seule de son match !). Heureusement qu’on a fini par s’imposer, d’ailleurs ! Ce sont évidemment des erreurs qui peuvent arriver pour un professionnel, mais le premier et le seul à qui je peux en vouloir, c’était moi-même. À la mi-temps, Roberto Martinez n’est pas spécialement revenu sur mon erreur mais plutôt sur notre entame de match difficile collectivement. On n’a pas assez pressé leurs lignes mais le mérite en revient aussi à cette enthousiaste équipe danoise qui y est parfaitement parvenue pendant 45 minutes. Certains l’oublient peut-être, mais on n’affrontait pas des amateurs quand même ! »

Deux options

Qualifiée d’« amazing » par Roberto Martinez, soit un adjectif anglais qui peut se comprendre comme un mélange d’étonnant et d’incroyable, la prestation de Jason Denayer n’a pas été exceptionnelle mais le joueur a en effet plutôt bien redressé la tête après cette erreur d’appréciation précoce. « À ce moment, j’avais deux options : soit baisser les bras et subir les événements, soit rebondir du mieux que je pouvais », énumérait-il. « Ce que je pense avoir fait. Bien sûr que je n’ai pas marqué des points au début, mais j’ai grandi dans le match comme le reste de l’équipe, certainement après les montées au jeu de De Bruyne, Witsel et Hazard. Ces joueurs-là, on préfère les avoir avec nous. »

«On bute sur des petits détails»

Toujours occupé à négocier une prolongation de contrat à Lyon (« j’ai toujours dit que je m’y sentais très bien et que j’aimerais y rester : les négociations sont en bonne voie mais on bute sur de petits détails »), Jason Denayer a aussi corroboré les propos du coach danois, qui avait affirmé que la Belgique évoluait davantage comme un club plutôt que comme une sélection. « C’est aussi mon avis. On se connaît tous depuis quelques années, on essaie de créer un esprit de famille mais surtout des automatismes, tellement importants à ce niveau. Pour y parvenir rapidement, on effectue un travail tactique poussé, mais aussi des exercices à haute intensité. Ce n’est pas évident parce que le temps nous est compté mais je trouve qu’on y parvient assez bien. Au sein de l’équipe, certains joueurs prennent de l’âge – et pas uniquement en défense – et on essaie de profiter de ces bons moments au maximum. »

Notre sélection vidéo