Euro 2020: les Français dos au mur!

Une grosse déception pour les Bleus.
Une grosse déception pour les Bleus. - Photo News

La France a manqué une belle occasion d’assurer sa qualification en huitièmes de finale de l’Euro 2020, ce samedi, en partageant les points avec le Petit Poucet du Groupe F : la Hongrie (1-1). Avec quatre unités, les Bleus sont quand même leaders de leur poule, devant l’Allemagne (3 pts), le Portugal (3 pts) et donc la Hongrie (1 pt). Pour atteindre les phases finales tranquillement, ils devront au moins faire match nul contre les Portugais, mercredi. En cas de défaite, conjuguée à une autre de l’Allemagne, ils devront figurer parmi les quatre meilleurs troisièmes classés du tournoi.

L’EDF était pourtant prévenue de la solidité de l’équipe hongroise, vu le match contre le Portugal la semaine passée. La Seleção s’en était tirée avec un confortable 0-3, mais avec des buts dans les derniers instants. De nouveau, les Magyars ont misé sur un bloc très défensif pour affronter un adversaire clairement supérieur sur le papier. Le 3-5-2 du sélectionneur italien Marco Rossi se voulait plutôt être un 5-3-2, à l’image de la bonne vieille tactique du « catenaccio ». Et si on ajoute à cela les contre-performances de certains joueurs tels que Benzema ou Rabiot, le plan hongrois était presque parfait.

Benzema fantomatique

Car oui, le buteur du Real Madrid a encore une fois été fantomatique, comme à chaque fois depuis les matchs de préparation à l’Euro. Quant à Mbappé, il reste bien capable de dribbles efficaces, mais il a manqué de réalisme face au but.

Face à une équipe qui refuse de faire le jeu, Kanté et Pogba, eux aussi, se sont fait endormir, tout comme la défense. Peu avant la mi-temps, les Hongrois en ont alors profité pour mettre au fond leur première et seule occasion dangereuse de la rencontre, via Fiola qui a glissé dans sa poche un Pavard totalement dépassé par les événements.

Après la pause, Didier Deschamps a tenté de renverser la vapeur en sortant Rabiot pour Dembélé afin de passer d’un 4-3-1-2 à un 4-2-3-1. Il n’a fallu qu’une seule erreur défensive hongroise pour laisser la France égaliser, grâce à Griezmann. Contrairement au Portugal quelques jours avant, cela n’a pas permis de planter d’autres buts derrière. Bien sûr, ce mauvais résultat ne change rien au statut de favori de la France dans le tournoi. Et il pourrait même lui être bénéfique pour mieux aborder la suite du programme.

Mais l’analyse était tout autre auprès de Griezmann. « L’ambiance était énorme et on ne s’entendait pas sur le terrain, cela change nos habitudes », a-t-il lâché au sortir du match à la Ferenc Puskas Arena, devant plus de 60.000 personnes. « Nous avions nos habitudes avec le silence dans les tribunes, on savait que ça allait être compliqué et nous n’avons pas réussi ». Même Thomas Meunier ne l’aurait pas osée, celle-là…

Notre sélection vidéo