Abonnez-vous pour 1€

Test «Huawei Watch 3»: une montre connectée avec un gros potentiel grâce à HarmonyOS

Test «Huawei Watch 3»: une montre connectée avec un gros potentiel grâce à HarmonyOS
G.P.

Parler d’une montre connectée n’est jamais chose facile. Pour beaucoup, celles-ci ne servent réellement qu’aux sportifs et ne font pas réellement habillé. Une fausse croyance que beaucoup de constructeurs tendent à déconstruire avec des designs de plus en plus travaillés et des fonctionnalités toujours plus poussées. Et dans ce domaine, Huawei a frappé fort avec sa nouvelle Huawei Watch 3.

HarmonyOS

Pour parler de la nouvelle montre connectée d’Huawei, il faut d’abord parler d’HarmonyOS. Début juin, via une conférence en ligne (covid oblige), Huawei présentait à la presse belge son système d’exploitation maison : HarmonyOS. Ce dernier doit permettre au géant chinois de se réinventer dans le monde duopolistique des systèmes d’exploitation de smartphones, lui qui est privé de la licence Android depuis 2019, date à laquelle Washington a placé la marque sur sa liste noire.

Qu’à cela ne tienne, Huawei en a profité pour proposer ses propres services. Tout d’abord en proposant son store maison, AppGallery, et aujourd’hui HarmonyOS, le premier système d’exploitation multiplateforme. Concrètement, celui-ci permet aux appareils de la marque tournant sous cet OS d’interagir entre eux. Une fonctionnalité non-négligeable à l’heure où les appareils connectés se font de plus en plus nombreux. « Avec HarmonyOS, nous ne voulons pas simplement produire un autre Android ou iOS », a d’ailleurs précisé Wang Chenglu, développeur du nouveau système d’exploitation d’Huawei. « Les utilisateurs de nos smartphones HarmonyOS pourront, par exemple, accéder à des fichiers, des documents et d’autres contenus sur des ordinateurs, des téléviseurs, des tablettes, etc. »

Le premier appareil sous HarmonyOS

Sur le papier, l’ultra-connectivité promise par Huawei est alléchante. Cependant, en Belgique, les utilisateurs ne peuvent pas vraiment y goûter puisqu’aucun smartphone n’embarque HarmonyOS. « On ne peut pas encore dire quand HarmonyOS sera lancé sur les smartphones et quand ils seront disponibles en Belgique », nous expliquait Erwin van der Weerden, directeur marketing de Huawei Belgique-Luxembourg, lors de la présentation du système d’exploitation.

G.P.

Pour découvrir un peu d’HarmonyOS, les Belges devront se tourner vers le marché des smartwaches. Lors de la présentation, Huawei a en effet présenté sa nouvelle montre connectée : la Huawei Watch 3 et la Huawei Watch 3 Pro. Le premier appareil du constructeur tournant sous son nouveau système d’exploitation.

Design travaillé

C’est la première chose que l’on regarde au moment de déballer une montre connectée : son design. Et sur ce point, on peut dire que la proposition de Huawei est réussie puisque l’on se retrouve avec une montre esthétique en plus d’être connectée. On a finalement l’impression de se retrouver avec un objet « traditionnel » qui intègre parfaitement le matériel servant aux fonctionnalités connectées. La version cuir que nous avons testée (il existe une version plus haute gamme avec un boîtier en titane et un dos en céramique) a un look parfait qui vous habillera parfaitement en toutes circonstances. On en oublierait presque qu'il s’agit d’un appareil connecté.

G.P.
G.P.

Mention spéciale à la couronne rotative, nouveauté matérielle de la part d’Huawei, qui s’intègre parfaitement dans le châssis en plus d’aider à la navigation.

Une interface agréable

Pour avoir testé plusieurs montres connectées, la navigation dans la Huawei Watch 3 a été une très bonne surprise. Fluide, intuitive, réactive… La montre est d’une efficacité redoutable. Compatibilité eSim (mais pas encore disponible en Belgique même si le constructeur discute avec Telenet), différents capteurs pour le sport et la santé, possibilité de télécharger davantage d’applications via AppGallery (le store made in Huawei)… Tous ces éléments renforcent l’expérience et l’utilité de l’appareil.

G.P.

Si la navigation est si agréable sur cette Huawei Watch 3, cela est également dû à l’écran OLED de 14,3 pouces. Un format parfait : ni trop grand, ni trop petit. Tout est lisible et permet de réaliser les tâches à la perfection, aidé par la couronne rotative.

G.P.

Enfin, l’autonomie de la Huawei Watch 3 est impressionnante. Plus de dix jours après une recharge complète, la batterie affiche encore 62 %. De son côté, la marque chinoise annonce une autonomie de 18 jours sans la 4G activée. Un élément qui peut évoluer selon les options que vous activez (par exemple la fonctionnalité « Always on » qui affiche les informations importantes sur l’écran).

G.P.

Du potentiel

Esthétique, performante et fluide, la Huawei Watch 3 a tout de la montre connectée parfaite. L’intégration d’HarmonyOS renforce l’expérience de la montre et laisse entrevoir un monde de possibilités pour l’avenir. Cependant, on regrettera de ne pas avoir pu complètement tester le potentiel de cette ultraconnectivité entre appareils. Les promesses sont là mais le manque d’un smartphone tournant sous HarmonyOS en Belgique lui fait défaut.

Il faut donc prendre la Huawei Watch 3 pour ce qu’elle est : une montre connectée indépendante qui deviendra encore meilleure quand HarmonyOS sera davantage déployé dans notre pays.

Les HUAWEI WATCH 3 Active et Classic sont disponibles en Belgique au prix conseillé de 369€ et 399€. La HUAWEI WATCH 3 Pro sera disponible à partir du 25 juin au prix conseillé de 599€. Huawei proposera une offre de lancement en offrant les Freebuds 4i et 6 mois d’abonnement à Huawei Music pour les mêmes prix d’achat.

Test des Huawei Freebuds 4

Test des Huawei Freebuds 4
G.P.

Petit coup de cœur pour les Freebuds en version Silver. Le coloris est d’une rare élégance et change du blanc plastique auquel on est régulièrement habitué. Mais au-delà du design, les nouveaux écouteurs d’Huawei sont aussi un petit concentré de technologies. C’est bien simple, avec cette nouvelle génération, la marque chinoise a tout amélioré. Meilleure autonomie, meilleur son avec des basses plus puissantes, une réduction de bruit active particulièrement efficace…

Les Huawei Freebuds 4 sont à la fois utiles et élégants. Avec un poids plume de 4,1 grammes, vous sentirez à peine les écouteurs dans vos oreilles, d’autant que pour cette génération, Huawei abandonne les écouteurs intra-auriculaires pour un design « bouton » des plus efficaces. Autre point positif, leur utilisation est finalement assez simple et intuitive, on retrouve toutes les fonctionnalités utiles pour un tel produit avec des gestes faciles.

Les Freebuds 4 seront disponibles dans les commerces belges à partir du 23 juin, au prix conseillé de 149€. Ils seront disponibles en 2 coloris : White et Silver. Huawei annonce une offre de lancement en proposant, à l’achat des Freebuds 4, le Huawei Band 6 et 6 mois d’abonnement à Huawei Music pour le même prix.

Notre sélection vidéo