« It’s a Sin » doublement récompensé au Festival de Télévision de Monte-Carlo

« It’s a Sin » doublement récompensé au Festival de Télévision de Monte-Carlo
Channel 4

Le rideau vient de tomber sur la 60e édition du Festival de Télévision de Monte-Carlo. Après une année blanche, l’événement le plus glamour du Rocher a retrouvé ses couleurs grâce aux visages emblématiques du petit écran. Ingrid Chauvin, Anny Duperey, Audrey Fleurot, Gwendoline Hamon, Francis Huster, Alexandre Brasseur, Gil Alma, Franck Sémonin… sans oublier Jaime Lorente et Darko Peric, alias Denver et Helsinki de « La casa de papel », ainsi que Darren Star, le papa de «Beverly Hills», «Sex & The City» et « Melrose Place », actuellement en France pour «Emily in Paris» (venu accompagné de Lucas Bravo et Ashley Park) : tous ont répondu présent pour le grand retour du rendez-vous incontournable des fans de séries.

En toute décontraction, les invités, principalement français (les Américains n’ayant malheureusement pas pu faire expressément le déplacement jusqu’en Europe) se sont ainsi laissés guider d’une presse à l’autre dans les couloirs du Grimaldi Forum de Monte-Carlo, où l’ambiance était particulièrement douce et agréable. Force est d’avouer qu’après des mois de confinement et restrictions, l’événement était vivement attendu, tant par les acteurs et journalistes que par les fans, venus en nombre aux abords du tapis rouge pour rencontrer celles et ceux qui les ont divertis et permis de s’évader en ces temps de covid.

Qu’on se rassure toutefois : tout était mis en œuvre pour éviter au maximum les contaminations. Pour accéder au palais des congrès, c’était prise de température et masque obligatoire. Entre chaque interview, un membre de l’organisation venait nettoyer les assises. Des lingettes et gels hydroalcooliques étaient également mis à disposition partout. Les repas étant servis à table et non plus en formule buffet, la presse n’a cette fois pas pu assister aux mythiques soirées qui font la réputation du festival. Pas de DJ set enflammé comme a pu animer par le passé le sexy Shemar Moore, donc.

Qu’à cela ne tienne, ce mardi 22 juin s’est ainsi achevée une édition anniversaire qui aura fait un bien fou au sortir de la crise sanitaire. Toujours placée sous la présidence d'honneur du prince Albert II de Monaco, celle-ci aura aussi récompensé plusieurs productions.

Le Jury Fiction de la compétition des Nymphes d'Or 2021 (Arnaud Ducret de «Parents mode d'emploi», le producteur allemand Moritz Polter, l'acteur et chanteur français JoeyStarr («Le Remplaçant»), la scénariste et réalisatrice britannique Kay Mellor et le producteur norvégien Anders Tangen), présidé du scénariste, réalisateur et producteur suédois Måns Mårlind («The Bridge », «Shadowplay»), a ainsi rendu son verdict :

- Meilleure série : « It’s a sin » (excellente fiction britannique qui retrace les années sida avec justesse et une émotion folle, à découvrir sans plus tarder sur Auvio, sur la plateforme de streaming gratuite de la RTBF.)

- Meilleur film : « Uncle Franck » (un film dramatique américain avec Paul Bettany («WandaVision») en professeur de littérature respecté, dans les années 1970. Lequel va devoir traverser une bonne partie des Etats-Unis pour assister aux funérailles de son père, et découvrir en même temps les secrets bien gardés de son oncle).

- Meilleure création : « Uncle Franck »

- Meilleure actrice : Lydia West (« It’s a Sin »)

- Meilleur acteur : Paul Bettany (« Uncle Franck »)

- Prix spécial du jury : « Piece of My Heart » (une série finlandaise qui suit le quotidien d’agents de protection de l’enfance, alors que deux femmes voient la frontière entre leur vie personnelle et professionnelle se brouiller chaque jour un peu plus.)