Interview cash: ce que pense vraiment Rodrigo Beenkens de son remplacement par Vincent Langendries pour l’Euro des Diables

C’est de son salon que Rodrigo Beenkens a regardé les premiers matchs des Diables Rouges. © Martin Godfroid/RTBF
C’est de son salon que Rodrigo Beenkens a regardé les premiers matchs des Diables Rouges. © Martin Godfroid/RTBF

Rodrigo, cette année, vous ne prenez pas part pour la première fois depuis longtemps à l’Euro. Comment avez-vous vécu les premiers matchs des Diables depuis votre salon ?

Comme un vrai supporter, avec beaucoup de mauvaise foi, beaucoup plus en tout cas que si j’avais dû faire les commentaires. J’ai pu me lâcher.

Dans un tweet, vous avez écrit : « Ce sentiment étrange de regarder le début d’un grand tournoi dans son fauteuil. » Est-ce à dire que vous n’avez pas digéré votre absence de l’Euro ?

Je suis responsable de ce que j’écris, pas de la façon dont les gens l’interprètent… (Sourire.) Mais c’est vrai que depuis la Coupe du monde en 1990, j’ai suivi tous les grands tournois pour la RTBF, et ça me fait bizarre de ne pas être présent cette fois.

Le patron des sports de la RTBF, Benoît Delhauteur, affirme que vous avez bien compris sa décision de vous mettre sur le Tour de France plutôt que l’Euro. C’est vraiment le cas ?

Je n’ai pas de commentaire à faire. Que j’aie ou non des états d’âmes, c’est mon problème. Je ne souhaite pas réagir. J’ai enregistré la décision. Cependant, il faudra qu’un jour j’explique comment les choses se sont passées, mais ce n’est pas le moment.

A la RTBF, on dit qu’aucune décision définitive pour les commentaires des Diables n’est prise au-delà de l’Euro…

Je n’ai aucune idée de quelles sont les intentions de la direction. Je n’espère rien, je ne demande rien, si ce n’est que la décision soit dans l’intérêt de la RTBF. Si c’est le cas, je m’y plierai.

Depuis le début de l’Euro, certains commentateurs de la RTBF n’ont pas été épargnés sur les réseaux sociaux. Vous en pensez quoi ?

Je les connais tous, ce sont des gens qui ont un talent fou. Moi, quand j’ai remplacé Théo Mathy pour le cyclisme au début de ma carrière, j’ai eu beaucoup de chance qu’il n’y avait pas les réseaux sociaux à cette époque. Les journalistes de la RTBF sont des pros et des bosseurs. Et s’il y en a un qui mérite plus que tout d’être là où il est maintenant, c’est Vincent Langendries. 

Comment vous sentez-vous ?

Je suis un homme serein et heureux. J’ai été ému par la quantité de messages gentils et bienveillants que j’ai reçus. J’en avais les larmes aux yeux. Ça a une valeur inestimable, car on fait ce métier pour le public. J’en profite d’ailleurs pour remercier tous ces gens. Je viens aussi de tourner la nouvelle saison de « Mon plus beau village », où je défends le village de Crupet. Je me suis amusé comme un fou. Rien ne vaut le contact avec les gens.

Retrouvez l’intégralité de notre interview, où Rodrigo Beenkens évoque aussi le Tour de France, dans le Ciné-Télé-Revue sorti ce jeudi 24 juin.

Notre sélection vidéo