Abonnez-vous pour 1€

L’horreur absolue à St-Hubert: Il viole sa fille handicapée «pour la punir», elle devait reproduire des scènes de films X

Le SAJ de Neufchâteau n’a jamais cru la petite.
Le SAJ de Neufchâteau n’a jamais cru la petite. - Belga / Illustration

Son père adoptif lui montrait des vidéos pornographiques en lui demandant de reproduire les scènes qu’elle y voyait. Des abus sexuels qu’elle dénoncera auprès du Service d’Aide à la Jeunesse de Neufchâteau... qui n’accordera aucun crédit à ses dénonciations.

Ce n’est que suite à l’intervention du PMS de son école que le dossier sera mis à l’instruction. L’enquête mènera à la découverte de plusieurs vidéos pornographiques mettant le prévenu en scène avec sa fille adoptive. « Sans ces vidéos, personne ne l’aurait crue », déplorait l’avocate de la jeune femme à l’audience le mois dernier.

Abandonnée par une mère qui lui infligeait de mauvais traitements alors qu’elle était enfant, la victime avait été adoptée par son beau-père. Ce dernier a expliqué qu’il s’est mis à la violer pour la punir. « J’étais plein, elle me faisait chier », a-t-il déclaré aux enquêteurs. « Ca faisait quatre ans que je chiais des barres (sic) avec elle. Elle était ingérable. J’ai fait ça pour lui rendre le mal qu’elle m’avait fait. Pour la faire chier. »

En détention préventive depuis son arrestation il y a plus d’un an, rongé par le cancer, le prévenu est aujourd’hui dans un état de santé préoccupant. Ses avocats avaient sollicité un sursis probatoire. Le tribunal n’y a pas fait droit.