Abonnez-vous pour 1€

Un homme interpellé après la découverte d’un cadavre nu caché dans une friche à Wattrelos: il se vantait d’avoir tué son ami

Un homme interpellé après la découverte d’un cadavre nu caché dans une friche à Wattrelos: il se vantait d’avoir tué son ami

Tout est parti d’une rumeur qui courait dans le quartier du Sartel depuis le début de journée. Un homme se vantant visiblement dans les rues d’avoir tué son ami, dans la friche Kuhlmann, rue Berthelot. Curieux, des riverains sont allés jeter un œil par acquit de conscience. «Et on est tombé sur le cadavre, dans un trou, dissimulé avec un tapis et une chaise», raconte un des témoins.

Le corps de l’homme gisait, nu, dans un renfoncement d’assainissement. Prévenus, les services de police, dont le commissaire divisionnaire Haroune, se sont déplacés en nombre sur les lieux, vers 18h.

L’intervention des secours a duré jusqu’à minuit, rue Berthelot à Wattrelos.
L’intervention des secours a duré jusqu’à minuit, rue Berthelot à Wattrelos. - VDN

Et, alors que les premières constatations étaient en train d’être réalisées sur place, un homme a été interpellé non loin du lieu du drame, près du magasin Leclerc. Suspecté d’homicide, il serait également sans domicile fixe. Il a été placé en garde à vue dans la soirée. Selon les témoignages recueillis sur place, les deux hommes dormaient dans une tente installée sur la friche depuis au moins quelques jours. Une dispute aurait pu éclater dans la nuit de mercredi à jeudi.

Toutefois, seule l’enquête judiciaire ouverte pourra déterminer avec plus de précisions le contexte des faits. Un médecin légiste s’est également déplacé sur les lieux et les investigations ont duré jusque tard dans la soirée. Les secours n’ayant quitté la zone que vers minuit, après le passage des pompes funèbres.

Ce jeudi soir, la victime n’avait pas été clairement identifiée. Il s’agissait également pour les forces de l’ordre de gérer les riverains, massés en nombre autour des véhicules de police jusqu’à la fin de l’intervention. «On n’a jamais vu ça ici, c’est choquant», s’alarmait le groupe.

Notre sélection vidéo