«Mine»: une sorte de «Dallas» à la sud-coréenne, à voir sur Netflix

Vidéo
«Mine»: une sorte de «Dallas» à la sud-coréenne, à voir sur Netflix
Netflix / Capture d’écran

« Mine »

Sortie : 4 juillet 2021, sur Netflix

Genre : drame, soap opera

Durée : une saison composée de 16 épisodes (durant chacun entre 62 et 81 minutes)

Pays d’origine  : Corée du Sud

Réalisation : Lee Na-jung

Casting : Lee Bo-young, Kim Seo-hyung, Lee Hyun-wook, Ok Ja-yeon, Cha Hak-yeon, Jeong E-suh, Park Hyuk-kwon, Park Won-sook

Synopsis : Emprisonnés dans une vie dorée de mensonges, deux femmes de riche extraction, Jung et Seo, se battent pour éliminer tous les obstacles à leur vrai bonheur. Dans le premier épisode, Kim entre au service de Jung, et Kang est engagée comme préceptrice chez Seo. Mais la vie de ces personnages va basculer lorsque le boss de la firme familiale fera un arrêt cardiaque en plein dîner. De nombreux secrets viendront également entacher les relations entre les protagonistes de l’histoire.

Notre critique : De prime abord, il est original de voir une série sud-coréenne avec une telle intrigue à l’américaine. À la lecture du synopsis, on pense directement à ces soap operas produits aux États-Unis, comme « Dallas », « Dynasty », « Desperate Housewives », « Revenge » ou « Devious Maids ». Des personnages féminins forts, une famille riche qui cache de nombreux secrets… Le scénario pourrait clairement être celui d’un de ces dramas venus du pays de l’Oncle Sam.

Dans « Mine », ces soaps sont revisités à la sauce coréenne : à la fois sucrée et un brin piquante. Mais ici, très peu de sexe. On retrouve tout de même un peu de sang… et surtout, beaucoup de coups bas. Le tout est assez bien construit (la scène d’ouverture donne clairement envie d’en savoir plus), traité avec esthétisme et minimalisme, mais peine à atteindre le niveau de ces feuilletons, auxquels « Mine » a l’ambition de ressembler. Le nombre incalculable de personnages très caricaturaux présentés dès le premier épisode nous a légèrement embrouillé l’esprit. Le fait qu’on ne sache pas grand-chose d’eux devrait nous inciter à poursuivre la série. Or, au bout de 66 minutes (les épisodes sont très longs !), nous sommes un peu restés sur notre faim. Mais cela ne devrait pas nous empêcher de donner une chance à cette création asiatique… La série a été diffusée de mai à juin sur la chaîne sud-coréenne tvN et les audiences n’ont cessé de grandir au fil de la saison.

Note de la rédaction : 3/5

Vous aimerez aussi : « Hospital Playlist », « Love, mariage and divorce », « Vincenzo », « More to heaven » (d’autres séries dramatiques sud-coréennes, à découvrir sur Netflix).