Le gouvernement belge tire la sonnette d’alarme après une cyberattaque mondiale: «Désactivez immédiatement ce logiciel»

100740215_l
123RF

Depuis vendredi après-midi, une cyberattaque touche de nombreuses entreprises aux États-Unis. Les ordinateurs de celles-ci ont soudainement été bloqués avec un message les invitant à payer une « clé de décryptage » pour récupérer leurs données. Sur les réseaux sociaux, plusieurs images dévoilent les sommes demandées. On parle, selon les entreprises, de 44.999 dollars, soit 37.925 euros, à payer avant le 9 juillet 13 heures sous peine de voir la rançon doubler ou encore cinq millions de dollars.

Rapidement, une entreprise américaine explique sur son site Web qu’un de ses logiciels pourrait avoir été utilisé pour cette cyberattaque mondiale. Kaseya, une société spécialisée dans les logiciels de… cybersécurité, craint que son logiciel VSA (un logiciel visant à aider les entreprises à contrôler leurs ordinateurs à distance en toute sécurité) soit le vecteur du virus.

C’est pourquoi, l’entreprise américaine a rapidement réagi en désactivant certains de ses serveurs pour protéger ses clients qui n’avaient pas encore été touchés par l’attaque. Malheureusement, au moins 200 entreprises ont été victimes et ce chiffre pourrait encore augmenter à cause du week-end du 4 juillet.

D’autant que le problème ne touche pas que les Etats-Unis. En Suède, une chaîne de supermarchés a dû fermer ses 800 magasins car leurs ordinateurs avaient été infectés. Même chose pour des entreprises aux Pays-Bas.

En Belgique, le gouvernement a tenu à mettre en garde les entreprises face à cette violente cyberattaque. « Nous demandons à toutes les entreprises de désactiver immédiatement le programme VSA de Kaseya. Nous sommes au courant de la cyberattaque et nous surveillons la situation », a déclaré au Standaard Andries Bomans, porte-parole du Cert. « On ne sait pas encore si les entreprises belges ont été touchées », a-t-il ajouté.

La cyberattaque serait l’œuvre des hackers de REvil, un groupe russe bien connu dans ce genre d’affaires. C’est eux qui étaient à l’origine, par exemple, de la cyberattaque contre le géant mondial de la viande JBS.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo