Tout ce que vous souhaitiez savoir sur l’investissement durable

Tout ce que vous souhaitiez savoir sur l’investissement durable

On entend beaucoup parler des investissements durables. De quoi s’agit-il exactement ?

« La différence fondamentale, par rapport aux placements traditionnels, est qu’on examine non seulement les critères financiers, mais aussi les aspects non financiers. À savoir, l’environnement, les questions sociales et la bonne gouvernance (des caractéristiques souvent désignées en anglais sous l’acronyme ESG, pour Environmental, Social & Governance). Les investissements durables impliquent donc l’analyse de critères supplémentaires, qui détermine là où vont — ou non — vos moyens financiers. »

La durabilité ne se résume donc pas uniquement à l’aspect environnemental…

« Exactement. Elle englobe aussi la diversité des genres dans les entreprises, les droits humains, les inégalités sociales, etc. En réalité, l’investissement durable recouvre tous les volets visés par les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. De nombreux produits d’investissement misent d’ailleurs sur des thèmes spécifiques, tels que l’épuration des eaux, l’agriculture, le changement climatique, l’énergie durable, etc. »

Pourquoi l’investissement durable est-il devenu omniprésent ?

« Les valeurs et normes de la société évoluent : les gens acceptent de moins en moins que les entreprises polluent ou exploitent leur personnel. Tant les consommateurs que les banques et les assureurs ressentent donc le besoin de changer le monde dans le bon sens. Pour le secteur bancaire, c’est également une manière de jouer un rôle positif dans la société. »

Qui contrôle les données avancées en matière de développement durable ?

« Les informations non financières publiées par les entreprises et les banques ne sont pas encore réglementées aussi strictement que les éléments financiers, mais des avancées majeures ont déjà été réalisées. En Belgique, nous disposons ainsi du label Towards Sustainability, contrôlé par une équipe d’experts indépendants, dont je fais partie. Ce label fixe une limite inférieure exigeante pour les investissements durables, mais on constate encore de grandes différences parmi les plus de 600 produits d’investissement labellisés. Sur le site web, vous pouvez cependant voir clairement le niveau de durabilité des produits et par exemple, s’ils excluent totalement ou seulement partiellement les carburants fossiles. »

Les investissements durables sont-ils performants sur le plan du rendement ?

« Depuis vingt ans, la rumeur prétend qu’ils sont moins rentables que les placements traditionnels. Or, maintes études démontrent que c’est faux. De manière générale, le rendement des investissements durables est au moins aussi bon, voire meilleure, dans de nombreux cas. Mais, attention, les investissements durables ne sont pas moins risqués pour autant ! Par définition, un fonds durable, misant sur un thème très spécifique, sera plus risqué qu’un fonds durable largement diversifié parce que le premier est exposé à un risque très concentré. »

Comment expliquer le rendement égal, voire supérieur, des placements durables par rapport à la performance des investissements traditionnels ?

« Il y a quelques décennies, polluer revenait moins cher qu’entreprendre de manière durable. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La réglementation s’est durcie, les clients sont plus sensibles à l’incidence sur la santé. Les entreprises qui polluent et exploitent leur personnel ne peuvent plus s’en tirer à bon compte. Elles appartiendront bientôt à l’histoire. »

L’investisseur durable contribue-t-il réellement à rendre le monde meilleur ?

« C’est une manière de mettre en pratique ses propres valeurs, tout comme on le fait pour d’autres produits, tels que l’alimentation, la voiture ou le vélo. Vous avez la certitude que votre argent ne finance pas des activités que vous trouvez inacceptables. Bien sûr, vous ne changez pas le monde directement… Ainsi, l’industrie du tabac réussira encore à trouver du financement ailleurs. Mais la puissance du nombre agit ! Pour certains secteurs en passe de devenir des parias, lever des capitaux devient de plus en plus coûteux. C’est une des raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises pétrolières se réorientent. Ne sous-estimez pas non plus la puissance des banques et des grands fonds de pension : les actionnaires ont réellement la capacité de contraindre les entreprises à s’engager dans la voie d’une meilleure politique sur le plan environnemental et social. »

Les investissements peuvent-ils — à vous aussi — (r)apporter quelque chose, notamment un bon rendement et un impact positif pour la société ? Découvrez-le sur clubbeleg.be