Abonnez-vous pour 1€

L’ajustement budgétaire arrive sur la table du parlement wallon

L’ajustement budgétaire arrive sur la table du parlement wallon
Belga Image

Les chiffres sont connus : le budget ordinaire affiche un déficit de 385 millions d’euros, en ligne avec la trajectoire d’un retour à l’équilibre en 2024 sans nouveaux impôts. Le coût de la crise sanitaire, lui, atteint quasiment les 2 milliards d’euros et l’enveloppe consacrée à la relance s’élève à 1,275 milliard.

Quant aux besoins de financement de la Région, ils s’affichent à 5,675 milliards d’euros, couverts à 96,7 % après l’emprunt d’un milliard d’euros sur les marchés financiers annoncé en fin de semaine passée par le ministre Crucke.

« C’est aujourd’hui qu’il faut investir. Si nous ne le faisons pas, nous raterons le train la croissance », a-t-il une nouvelle fois défendu ce lundi, sans toutefois rassurer l’opposition.

« La Wallonie est aux soins intensifs et la moindre erreur pourrait lui être fatale », a ainsi estimé le député humaniste André Antoine. « En tant que ministre, vous avez un devoir de pédagogie vis-à-vis des citoyens afin qu’ils mesurent l’effort qui devra être le leur », a-t-il ajouté.

« Jamais le cdH ne se réjouira de la situation actuelle mais nous manquerions à tous nos devoirs si nous n’actionnions pas les feux oranges, tout comme la Cour des Comptes l’a fait », a poursuivi le parlementaire cdH. « Il y a l’argent utile qui permet d’investir, l’argent futile qui sert aux coquetteries des différents ministres et l’argent facile. Je ne suis pas sûr que les deux derniers servent à relancer la Wallonie », a-t-il encore souligné, évoquant ses « craintes » face à l’endettement régional. « C’est un pari risqué qui nous laisse sceptiques », a conclu André Antoine.

L’ajustement budgétaire 2021 devrait être avalisé par le parlement régional lors de la dernière session plénière avant les vacances, le 15 juillet prochain.

Notre sélection vidéo