Abonnez-vous pour 1€

Les clients ressentent une hausse des tarifs depuis la réouverture de l’Horeca: «Augmenter les prix? Ce n’est pas la carte à jouer»

Les clients ressentent une hausse des tarifs depuis la réouverture de l’Horeca: «Augmenter les prix? Ce n’est pas la carte à jouer»

« J’ai payé un apéro, le traditionnel Spritz à 11 euros au restaurant. Je n’ai jamais vu un prix aussi élevé », nous dit Philippe de Binche. Julie, de Liège renchérit : « Moi j’ai payé les moules à 28 euros à la mer du Nord, au Coq. Et c’était avant la réouverture totale des restaurants, seul l’accès en terrasse était alors permis. Et c’était des moules au vin blanc, un classique. Avant de nous installer, nous sommes allés voir le prix dans d’autres établissements. Visiblement, ils avaient aligné leur prix ».

➜ Augmentation des prix dans l’Horeca, juste un sentiment ? « En tout cas, pour nous, ce serait une mauvaise idée de voir les prix augmenter ».

Ne pas augmenter les prix, c’est ce que prône le SNI qui précise encore que « chacun est libre en matière de tarif et prend ses responsabilités. Mais comme vous le dites, le client n’est pas dupe, un habitué va voir que son plat favori a augmenté. Alors s’il est mécontent, il ira voir ailleurs, la concurrence est là ».

➜ Comment peut faire le restaurateur qui a souffert pour sortir la tête hors de l’eau ? Christophe Wambersie, du SNI, donne des pistes.

Notre sélection vidéo