Stéphane Bern est-il vraiment révolutionnaire?

Vidéo
Stéphane Bern est-il vraiment révolutionnaire?
FTV

Cela peut paraître paradoxal, voire contradictoire, de la part d’un animateur connu pour ses convictions royalistes, mais c’est bien Stéphane Bern qui sera l’homme en vue pour les célébrations du 14 juillet sur France 2. Une fête nationale dont la date est pourtant considérée par beaucoup comme le symbole de la fin de la monarchie absolue outre-Quiévrain! Mais ça n’empêchera pas le présentateur de «Secrets d’histoire» d’être omniprésent ces jours-ci sur le service public.

Bien sûr avec le traditionnel défilé du 14 juillet, où il proposera des pastilles historiques virtuelles autour du thème de la liberté. En soirée ensuite, avec la présentation du Concert de Paris, diffusé en direct du pied de la tour Eiffel, et qui est considéré comme l’un des plus grands événements de musique classique au monde, avec l’Orchestre national de France et les plus grands solistes internationaux. Un concert d’exception qui s’achèvera comme il se doit en apothéose avec le traditionnel feu d’artifice. Et s’il est aussi grandiose que celui de l’année dernière (qui avait duré une demi-heure!), il vaudra à coup sûr le coup d’œil, même devant sa télé.

Mais Stéphane Bern sera déjà sur le pont la veille, mardi 13 juillet, avec la présentation d’une soirée spéciale comprenant la diffusion du docu-fiction «Révolution! Entre peur et espérance», qui offre une immersion inédite au cœur de la Révolution française, avec une reconstitution encore jamais vue de cette époque. Un peu comme si ce docu avait été tourné de 1789 à 1795, en filmant le peuple de Paris pris sur le vif, au cœur de l’action, en interviewant les grandes personnalités politiques de la Révolution et en utilisant des gravures traitées comme des images d’actualité.

Evidemment, on peut être surpris de retrouver Stéphane Bern ainsi sur tous les fronts… révolutionnaires. Mais l’animateur tient à rappeler que la fête nationale ne commémore pas la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, mais bien la fête de la Fédération, du 14 juillet 1790, qui célébrait, elle, le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Une nuance importante à ses yeux. « C’est l’union du peuple, de la nation », explique-t-il. « C’est festif, c’est quelque chose qui rassemble, qui ne divise pas. On ne commémore pas un événement sanglant, mais quelque chose qui nous réunit tous autour d’un idéal, qui est la liberté, l’égalité et la fraternité. » Mais au fond, qui aurait été Stéphane Bern s’il avait vécu en 1789? « J’aurais été un paysan. Je n’aurais pas été un meneur de révolution. Mais j’aurais rempli les cahiers de doléances pour expliquer au roi la disette de 1788 et les difficultés économiques que connaissaient les Français. En fait, j’aime bien être révolutionnaire tout en étant conservateur! »

« Le Concert de Paris 2021 », 14 juillet 2021, 21h05, France 2.

Notre sélection vidéo