Abonnez-vous pour 1€

Chiellini aurait provoqué le raté de Saka sur le tir au but décisif: «Je confirme tout» (vidéo)

Vidéo
AFP
AFP

Bukayo Saka a-t-il été en quelque sorte maudit avant son tir au but décisif en finale de l’Euro face à l’Italie ? Il se pourrait bien qu’il y avait un peu de ça. Giorgio Chiellini a avoué à ESPN avoir crié « Kiricocho » au moment de la prise d’élan du jeune joueur anglais, qui a vu sa tentative stoppée par Donnarumma. Une formule qui porte malheur dans le monde du football et qui a donc fait une nouvelle victime dimanche soir. « Ciao Christian, je te confirme tout, ’Kiricocho’ », a lancé le défenseur italien dans une vidéo partagée par ESPN.

Le terme « Kiricocho » remonte à 1982 et fait référence à un supporter argentin qui a véritablement porté la poisse à son club d’Estudiantes. Dès que ce fan assistait à un entraînement ou un match, un malheur arrivait, par exemple une blessure. Carlos Bilardo, l’entraîneur de l’Estudiantes, décide alors de tourner ce « porte-malheur » à son avantage : il demande à Kiricocho d’accueillir les adversaires avant chaque match. Une solution efficace puisqu’au cours de cette saison, l’Estudiantes est devenu champion en ne perdant qu’une seule rencontre face au Boca Junior, l’unique club que le supporter n’a pas pu approcher.

Née en Amérique du Sud, cette expression a ensuite traversé l’Atlantique pour se répandre en Europe avec pour point de départ l’Espagne où plusieurs joueurs ont avoué avoir eu recours à cette « malédiction ». Dimanche soir, c’est Chiellini qui l’a utilisée avec réussite visiblement puisqu’il est rentré en Italie avec la Coupe.