Jordana Brewster («Fast & Furious»): «Aujourd’hui, comme actrice, je dois prendre ce qu’on me propose…»

La jolie Jordana a parlé à notre correspondant à Los Angeles du retour de son personnage, Mia Toretto, dans la vrombissante saga.
La jolie Jordana a parlé à notre correspondant à Los Angeles du retour de son personnage, Mia Toretto, dans la vrombissante saga. - Jean-Philippe Darquenne

Au lendemain de la mort tragique de Paul Walker (le 30 novembre 2013), les scénaristes de « Fast & Furious » décidèrent de laisser son personnage de Brian en vie, mais de le faire quitter le groupe de casse-cous de la saga pour couler des jours tranquilles avec sa femme Mia et leurs enfants. Résultat : Jordana Brewster, qui incarne cette dernière depuis le début de l’aventure, il y a juste vingt ans, n’était pas du 8e film. Autant écrire qu’elle était très heureuse de rappliquer dans le 9e, qui parvient encore à surpasser les précédents à tous les niveaux, poursuites, cascades, castagnes, trouvailles, décors naturels de rêve et voitures (de flics) écrabouillées.

C’est un truc de fou de plus de deux heures qui nous fait passer par toutes les sensations et termine sa course dans l’espace ! Vous n’en saurez pas plus car il vous faut prendre en pleine figure tous ses ingrédients explosifs et époustouflants.

Après avoir passé un test Covid dans les Studios Universal à Los Angeles, nous avons pu nous entretenir en tête à tête avec Jordana. La jolie brune de 41 ans n’a pas eu une année 2020 des plus aisées car en plus d’avoir eu le Covid, elle a divorcé de son mari, le producteur Andrew Form, lequel a retrouvé l’amour avec Alexandra Daddario (à voir actuellement dans « The White Lotus » sur Be TV).

Comment avez-vous personnellement traversé cette difficile année 2020 ?

Ça a été dingue, n’est-ce pas ? Ecoutez, dans mon cas, quelque part, j’ai eu de la chance d’attraper le Covid au début de l’épidémie. Après, j’ai eu un peu moins peur que le reste des gens. Mais à côté de ça, j’ai deux jeunes fils (l’aîné, Julian, a 7 ans et demi et son frère Rowan a 4 ans et demi, NDLR), et l’école via Zoom, c’était une torture. Je suis heureuse que ça soit terminé, qu’on puisse ressortir et que les films reviennent sur les grands écrans.

« J’ai ramené Paul (Walker) sur les plateaux avec moi. »

Ça a dû être très émouvant pour vous de revenir dans « F&F » sans Paul…

Oh oui. Ça l’a surtout été dans les scènes où on est tous réunis, les barbecues et tout ça. C’était aussi étrange de me retrouver dans les coins du plateau où il se trouvait souvent. En même temps, en revenant, je le représente. C’est comme si je l’avais ramené avec moi. Quand je suis à l’écran, j’incarne la dynamique Mia/Brian. Sur l’affiche du film, je porte un bracelet sur lequel sont écrits les noms de nos enfants et celui de Brian. Lequel fera toujours partie de la famille « F&F », qui continue à entretenir tout ce qu’il a fait et laissé.

Si Mia revient, c’est pour soutenir son grand frère Dom dans sa confrontation avec Jakob, leur frère à tous les deux, qu’incarne John Cena. Un personnage qui a basculé, des décennies auparavant, dans le côté obscur de la force…

Ce qui est intéressant dans ce neuvième film, c’est qu’on explore le passé, et qu’on répond à beaucoup de questions sur la famille Torretto et son histoire. Les fans vont adorer ! Quand elle revient, Mia sent que Dom est sur le point d’exploser par rapport à Jakob. Je ne veux pas faire de généralités, mais en tant qu’homme, il a tendance à voir les choses soit totalement blanches, soit totalement noires. Son frère l’a trahi, il a fait quelque chose de mal, donc il est mort pour lui. Mia, pour sa part, sent qu’il y a encore de l’espoir. Mais elle sait aussi que le retour de Jakob pourrait avoir d’horribles conséquences. Elle tente de contrôler la tension entre ses frères, de la retenir. C’est un peu son rôle dans ce nouveau film.

Vous êtes une figure centrale de « F&F » depuis son lancement il y a 20 ans. Mia est-elle plus proche de vous aujourd’hui qu’alors, et vice versa ?

Je pense que je la comprends mieux aujourd’hui. Elle et moi sommes devenues mamans en même temps, ce qui m’a aidée à ce niveau-là. Au départ, elle était fonceuse, forte, indépendante, et j’aimerais la voir redevenir tout ça, qu’elle soit à nouveau à fond dans l’action.

« Je veux plus de scènes d’action ! »

Ces films vous ont-ils « obligée » à vous entraîner dur physiquement ?

Pas vraiment, puisque j’ai toujours été quelqu’un de très physique, mais ça n’a pas souvent été montré à l’écran. Là où je me suis vraiment éclatée, c’était dans le 5e film. Je sautais d’un toit à l’autre, je me bagarrais… Ça reste mon meilleur souvenir en 20 ans de « F&F ». Et ça me manque ! Dans le 9, j’ai une grosse séquence d’action tournée avec Michelle et Anna (Sawaii, NDLR) dans une mini-cuisine à Tokyo. Je supplie le réalisateur Justin Lin de m’en donner encore plus à l’avenir ! (rires)

Est-ce important pour vous d’alterner les rôles d’action et les histoires plus intimes ?

Je prends encore des cours de comédie, et c’est dans ce cadre que je peux travailler tous les genres, à commencer par le théâtre et l’humour, où je suis moins à l’aise. À part ça, pour être tout à fait honnête, je ne peux pas me permettre d’être difficile par rapport aux rôles qui me sont proposés. Il y a tellement de concurrence aujourd’hui, les budgets sont tellement réduits qu’il faut prendre ce qu’on nous offre (sourire). On ne peut plus faire de choix. C’est dément.