Abonnez-vous pour 1€

Tokyo sans tambour ni trompette à 7 jours des JO 2020

Tokyo sans tambour ni trompette à 7 jours des JO 2020

À une semaine jour pour jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, la capitale japonaise n’avait toujours pas vendredi le cœur à fêter ce compte à rebours, alors que les cas locaux de Covid-19 continuaient de grimper.

La quasi-totalité des épreuves des JO (23 juillet-8 août) se dérouleront à huis clos et les dizaines de milliers de participants – des sportifs aux officiels, en passant par les journalistes venant de l’étranger – sont soumis à des restrictions draconiennes en raison des risques sanitaires.

Ces « contre-mesures » ne suffisent pas à rassurer la population au Japon, alors que Tokyo a enregistré jeudi 1.308 cas supplémentaires de coronavirus, un nombre plus atteint depuis janvier.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a toutefois assuré jeudi que les mesures anti-Covid aux JO fonctionnaient, et que les délégations suivaient et soutenaient ces règles.

« C’est dans leur intérêt et en solidarité avec les habitants de Tokyo », avait souligné M. Bach après s’être rendu au Village olympique.

Trente cas de Covid-19 sur des personnes en lien avec les JO, dont un concerne un sportif, ont été signalés à ce jour par les organisateurs qui recensent ces cas depuis le 1er juillet.

État d’urgence restauré

La découverte d’un foyer parmi les employés d’un hôtel de Hamamatsu (centre du Japon), où l’équipe brésilienne de judo a pris ses quartiers avant les JO, a aussi été révélée par des autorités locales.

Un état d’urgence sanitaire a été remis en place depuis lundi à Tokyo jusqu’au 22 août, englobant ainsi toute la période des JO. Ce dispositif réduit les horaires d’ouverture des bars et restaurants et leur demande de ne pas servir d’alcool.

Au Japon, la pandémie a été relativement moins grave que dans de nombreux autres pays du monde, avec moins de 15.000 décès officiellement recensés depuis début 2020, et sans confinement total.

Mais la campagne de vaccination a démarré très lentement dans la troisième puissance économique du monde, avant d’accélérer à partir de mai. Environ 20 % de la population nippone est entièrement vaccinée pour l’heure.

Des dizaines d’équipes sportives sont déjà au Japon, certaines dans des camps d’entraînement disséminés dans le pays, d’autres dans le Village olympique, où des drapeaux nationaux ont été accrochés aux bâtiments abritant les délégations.

« La cour de la prison »

L’haltérophile britannique Sarah Davies a publié sur les réseaux sociaux des informations sur la vie des athlètes présents au Japon avant ces Jeux olympiques très spéciaux.

« Nous avons ce que nous appelons la cour de la prison », a-t-elle ironisé dans une vidéo publiée sur son compte Instagram, où elle se filmait en train de marcher sur une allée piétonne.

« Nous pouvons donc monter et descendre ce tronçon entre 07H00 et 10H00 du matin, et c’est le seul moment où nous sommes autorisés à sortir », a-t-elle ajouté.

« Nous avons vraiment l’impression d’être en prison. Mais c’est comme ça (…). Bienvenue aux Jeux olympiques, édition Covid ».

D’autres équipes, dont des nageurs américains et la star de la gymnastique Simone Biles, ont également posté des images de leurs sites d’entraînement.

Thomas Bach était vendredi à Hiroshima (ouest du Japon) pour marquer le début de la « trêve olympique » approuvée par les Nations unies. Le vice-président du CIO, John Coates, était lui à Nagasaki, l’autre ville japonaise victime d’une bombe atomique en 1945.

Cette trêve, qui doit durer jusqu’au 12 septembre (soit une semaine après la fin des Jeux paralympiques) est traditionnellement censée garantir la suspension de toutes les hostilités pour permettre le passage et la participation en toute sécurité des athlètes et des spectateurs du monde entier.

Selon des médias japonais, M. Bach aurait demandé au Premier ministre japonais Yoshihide Suga d’envisager d’autoriser l’accès de spectateurs aux sites olympiques si la situation sanitaire s’améliorait de nouveau.

Cette demande très controversée au Japon aurait été formulée lors d’une réunion entre les deux hommes mercredi. M. Suga aurait répondu que toute modification des règles relatives aux spectateurs serait décidée par toutes les parties prenantes (gouvernement japonais, municipalité de Tokyo, comité local d’organisation des JO, CIO et Comité international paralympique).

Moins de 1.000 personnes, principalement des dignitaires et des officiels, devraient être autorisées à assister à la cérémonie d’ouverture des JO le 23 juillet, selon des médias nippons.