Abonnez-vous pour 1€

Intempéries en Belgique: revivez le direct de ce samedi

Direct
Intempéries en Belgique: revivez le direct de ce samedi

Revivez le direct de ce samedi

00h15 > L’opération de sauvetage interrompue par la nuit à Pepinster

On a entendu des cris sous les gravats, mais l’espoir semble s’être éteint…

23h40 > 80% des maisons d’Angleur et de Chênée inspectées par la police

Les opérations de nettoyage, de déblayage et les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant toute la journée de samedi. Le porte-parole de la zone de police a indiqué samedi soir que les maisons d’Angleur et de Chênée avaient été inspectées à 80 %.

Si la situation et l’accès à ces zones restent parfois délicats, le travail des secours et des citoyens ne fait que commencer. Alors que le niveau de l’eau ne cesse de baisser, avec par exemple l’ouverture des portes de flots de la station de pompage permettant l’évacuation des eaux de Kinkempois (Angleur) vers la Meuse, les citoyens découvrent l’ampleur des dégâts.

Mobilisée depuis le début de ces intempéries, la zone de police a déjà visité des centaines d’habitations afin de s’assurer que personne ne se trouvait encore à l’intérieur des bâtiments. Des autocollants ont été apposés pour laisser une trace du passage des policiers. Samedi soir, aucune nouvelle découverte macabre n’était à signaler après les deux décès confirmés à Angleur vendredi.

Au niveau de la circulation, le tunnel de Cointe était toujours inondé. La zone de police de Liège a également refait un point concernant la mobilité en soirée: l’axe formé par la rue de la Station, le boulevard de Beaufraipont et le boulevard de l’Ourthe à Chênée est rouvert à la circulation sur une bande dans chaque sens et permet le passage sur la E25 entre Chênée et les Ardennes; le quai des Ardennes et le pont de Chênée sont accessibles; la E25 est à nouveau accessible dans le sens Cheratte vers Liège, sur une seule bande de circulation à partir de Wandre; la liaison E25 entre Embourg et Burenville reste fermée dans les deux sens; les quais de la Dérivation et de la Meuse à Liège sont rouverts à la circulation; la route du Condroz (N680) vers Liège est quant à elle rouverte dans les deux sens.

22h35 > Halen espère une stabilisation de la Gette durant la nuit

Le niveau de la rivière Gette continuait à monter samedi soir à Halen (Limbourg), a indiqué son bourgmestre selon qui cette crue devrait toutefois s’arrêter dans le courant de la nuit.

La Velpe, qui traverse aussi la commune, a elle commencé à baisser, a-t-il ajouté. «Cela a baissé d’un centimètre ces quatre dernières heures. Cela peut sembler peu, mais nous sommes déjà bien contents avec cela pour le moment».

«A l’heure actuelle, le niveau de la Gette continue à monter d’un centimètre par heure. Ce midi, on était encore à deux centimètres par heure. La décrue est donc en vue».

Face à la menace des eaux, la commune a mis tout en oeuvre pour protéger son territoire avec force sacs de sable notamment aux endroits les plus vulnérables.

20h00 > Un corps sans vie retrouvé ce samedi à Hampteaux

Il s’agit de la jeune fille de 15 ans disparue à Rendeux mercredi.

19h59 > Seuls la Mehaigne et ses affluents restent en phase d’alerte de crue samedi soir

Les niveaux des cours d’eau en Wallonie continuaient à être orientés à la baisse samedi soir, seule la Mehaigne et ses affluents dans les provinces de Namur et de Liège restant en phase d’alerte de crue, selon le dernier bilan de la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques publié peu avant 19h00.

Dans la plupart des provinces, «les niveaux sont orientés à la baisse et la tendance va se poursuivre dans les prochaines heures», précise le service public wallon.

19h40 > L’armée reste mobilisée pour aider les victimes des inondations

L’armée est restée mobilisée ce samedi pour aider les victimes des inondations, indique la Défense en soirée.

En région liégeoise, une cinquantaine de militaires participent toujours au déblayage et au nettoyage à Liège même, Trooz et Esneux. Dix-huit autres sont présents à Limbourg et Pepinster. Jusqu’à 14h00, l’armée était également active à Verviers. Elle y fournit pompes, camions et excavatrices.

Dans la province de Namur, des dizaines de militaires travaillaient depuis vendredi à la reconstruction de la route àThon-Samson. Ils y ont également construit une digue pour protéger les habitations et ont pompé l’eau des caves.

Dans la province de Luxembourg, 4 militaires coordonnent le hub logistique de Marche-en-Famenne tandis que dans le Brabant wallon, une quarantaine d’entre eux participent au déblayage et au nettoyage des zones touchées.

Plusieurs hélicoptères sont également en stand-by sur les bases de Beauvechain et Bierset. Un hélicoptère de la protection civile française, lui, est stationné à Liège, au côté d’un appareil italien.

Enfin, la caserne de Spa est prête à accueillir des sinistrés pour la nuit, précise la Défense.

19h20 > 11.000 ménages toujours privés d’électricité en région liégeoise

Samedi soir, il reste 157 cabines d’alimentation électrique hors tension en région liégeoise, ce qui correspond à quelque 11.000 ménages toujours privés d’électricité, indique le gestionnaire des réseaux de gaz et d’électricité Resa.

Par contre, 222 cabines ont pu être rétablies, permettant à 15.500 foyers de retrouver du courant, précise-t-il.

« Mis à part quelques cas critiques, notamment à Pepinster ou dans certains villages ou quartiers de Trooz ou presque tout est détruit, nous pouvons espérer rétablir l’électricité provisoirement dans pratiquement toutes les communes sinistrées de façon progressive et pour la fin de la semaine prochaine dans les zones les plus critiques. Mais nous restons prudents car nous ne sommes pas à l’abri de problèmes extrêmes », précise Gil Simon, le directeur général de Resa.

En ce qui concerne le réseau gazier, après les premiers diagnostics posés au niveau des zones les plus sinistrées et la coupure de l’alimentation en gaz naturel dans celles-ci, des équipes ont vérifié les installations toujours alimentées en gaz mais impactées par les inondations. Les mesures de sécurisation ont été prises. De nombreuses interventions ont également eu lieu suite à des appels relatifs à des risques d’effondrement et des problèmes de stabilité, poursuit le gestionnaire.

« La priorité actuelle est la poursuite de la sécurisation des réseaux, et donc des citoyens, ainsi que de continuer le diagnostic pour avoir un constat plus précis et prendre les mesures les plus adéquates », ajoute-t-il en qualifiant la situation de « très problématique » pour les 3.600 ménages privés de gaz depuis les inondations.

Aucune solution provisoire n’est en effet possible pour une réalimentation en gaz. Le rétablissement passe nécessairement pas une reconstruction du réseau avec d’importants travaux de génie civil partout où il a été arraché ou endommagé. « Cette reconstruction nécessitera des semaines voire des mois de travail à la suite de quoi nos équipes devront passer dans tous les foyers sinistrés afin de s’assurer de la parfaite étanchéité des installations avant de relancer le gaz dans les conduites », souligne enfin le gestionnaire.

19h00 > Un habitant de Mettet décède à l’hôpital après être tombé dans la Biesme

Un habitant de Mettet est décédé samedi matin des suites de sa chute dans la Biesme jeudi, indique le chef de corps de la zone Val de Sambre, Marc Gilbert, confirmant une information du journal L’Avenir.

L’homme qui allait avoir 70 ans avait été emporté sur plusieurs dizaines de mètres, avant d’être secouru par des témoins secondés par des pompiers.

Resté plus de 30 minutes dans la Biesme en pleine crue, il avait avalé beaucoup d’eau. Hospitalisé dans état critique, il a finalement perdu la vie samedi.

C’est la seconde victime dénombrée à la suite des intempéries en province de Namur. Une autre personne est également décédée à Philippeville.

18h15 > « La Belgique va demander l’activation du fonds de solidarité de l’UE », annonce De Croo

La Belgique va demander l’activation du fonds de solidarité de l’Union européenne, a annoncé samedi le Premier ministre Alexander de Croo en marge d’une visite à Maaseik.

« Les premiers contacts ont déjà été pris et il en ressort que la Belgique a de grandes chances de pouvoir bénéficier de cette aide », a assuré le Premier ministre selon qui les dégâts devraient se monter à plusieurs centaines de millions d’euros.

« Il y a beaucoup de dégâts dans tout le pays. Les communes ne peuvent pas à elles seules supporter le coût de la reconstruction et nous allons les aider avec ce mécanisme européen de solidarité », a ajouté Alexander De Croo en saluant une nouvelle fois le travail des services de secours et des volontaires.

« Le grand nettoyage reste à faire. L’eau est partie, en laissant derrière elle beaucoup de boue et de misère », a poursuivi le Premier ministre qui a par ailleurs promis une analyse approfondie du travail des secours et du fonctionnement des bassins d’eau.

Egalement présent à Maaseik, le ministre-président flamand Jan Jambon a assuré que le fonds flamand pour les catastrophes interviendrait également pour dédommager les victimes. « Il n’y a aucun doute que c’est une catastrophe naturelle. Nous allons essayer d’intervenir le plus rapidement possible afin de répondre aux besoins des gens », a-t-il dit.

17h50 > Le bilan des inondations s’alourdit, 103 personnes toujours présumées disparues, « contactez les secours »

Le bilan des inondations qui ont ravagé la Belgique ces derniers jours s’est encore alourdi samedi soir. Selon le centre de crise, on compte désormais 27 victimes confirmées et 103 personnes, qui restent injoignables, sont présumées portées disparues.

Plusieurs facteurs peuvent toutefois expliquer ce nombre élevé : de nombreuses personnes se trouvent actuellement sans moyen de communication à la suite de la perte de leur téléphone, ou en raison de l’absence de moyens pour recharger leur batterie. Certaines d’entre elles ont également pu être emmenées dans un hôpital sans papiers d’identité et n’ont pas encore eu l’occasion de se manifester auprès de leurs proches.

Les autorités encouragent dès lors les personnes qui n’ont pas encore eu de contacts avec leurs proches pour ces différentes raisons de se signaler le plus rapidement possible aux services de secours. « Et si vous restez sans nouvelles d’un proche, nous vous invitons à prendre contact avec votre zone de police locale qui rassemble les informations sur les personnes disparues », ajoutent-elles.

Par ailleurs, les citoyens ayant des questions pratiques sur les démarches à entreprendre après l’inondation de leur habitation peuvent appeler gratuitement le numéro d’information 1771 pour obtenir des informations. Via cette ligne, une personne en détresse peut également obtenir un soutien moral, rappellent les autorités.

Ces dernières soulignent enfin que « le moyen le plus simple d’aider est d’effectuer un don sur le compte de la Croix-Rouge BE70 0000 0000 2525 » ou de s’inscrire sur la plateforme des volontaires de crise de la Croix-Rouge.

« Ne vous rendez pas sur les zones sinistrées. Cela pourrait mettre en danger les opérations de sauvetage des services de secours. Attendez un appel spécifique de la Croix-Rouge ou d’une commune pour donner ou apporter du matériel », avertissent-elles.

17H45 > Situation rétablie à Verviers et Dison ; eau à nouveau potable à Lincent et Hélécine

L’eau est à nouveau potable, samedi soir, à Lincent et Linsmeau (Hélécine). La situation est par ailleurs rétablie à Verviers et à Dison, indique la Société wallonne des Eaux (SWDE).

En début d’après-midi, elle avait déjà annoncé que deux-tiers des raccordements (environ 2.000) qui étaient directement touchés par les inondations de ces derniers jours étaient à nouveau alimentés en eau.

En province de Liège, l’eau reste non-potable à Hannut, Lincent, Braives (sauf Fumal, quartier de Pitet et Tourinne), Geer (rue Bajot, rue de Lens-Saint-Remy et Boehle) et au hameau de Crenwick à Berloz.

En province de Namur, l’eau n’est pas potable dans le centre de Dinant (excepté à l’hôpital), à Beauraing, à Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, dans le haut de Dave, aux Isnes, à Beuzet, Bossières, Longzée, Mazy, Jemeppe et Ham-sur-Sambre, à Floreffe (sauf dans le zoning) et à Sambreville (sauf Moignelée, Keumiée et Arsimont).

Dans le Hainaut, seuls les habitants de Viesville (Pont-à-Celles) sont privés d’eau potable.

La situation n’y sera pas rétablie avant le début de la semaine prochaine.

Dans ces zones, l’eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie, rappelle la SWDE.

17h30 > Une aide de 350.000 euros des communes de Wallonie picarde pour les sinistrés

Lors d’une réunion extraordinaire qui s’est tenue ce samedi, les bourgmestres de Wallonie picarde, solidaires face aux inondations qui touchent la Wallonie, ont décidé d’octroyer une aide financière d’un euro par habitant, soit une somme de plus de 350.000 euros. D’autres aides ont été évoquées, notamment pour les jeunes.

Les forces vives et politiques de Wallonie picarde se sont réunies ce samedi pour réfléchir aux moyens à mettre en œuvre à l’échelle de la Wapi à la suite des inondations des derniers jours.

A l’unanimité, les participants se sont mis d’accord pour octroyer une aide financière à hauteur d’un euro par habitant, soit une intervention globale de plus de 350.000 euros.

En ce qui concerne les aides matérielles, pour des raisons évidentes d’efficacité, la centralisation de ces aides s’organisera via la Zone de Secours de Wallonie picarde. Rompue à la planification d’urgence, elle listera les propositions d’aides émanant des communes de Wallonie picarde.

« Dans la durée, pour aller dans le concret par rapport aux besoins du terrain, l’idée est de privilégier des relations bilatérales entre des communes de Wallonie picarde et des communes sinistrées. Grâce à cette fraternisation, le travail pourra s’effectuer dans la profondeur et surtout dans le long terme », indiquent les bourgmestres.

En matière d’aide psychosociale, la Zone de Secours de Wapi assurera également le relais des propositions de services issues des communes de Wallonie picarde auprès des autres services de secours qui coordonnent l’aide psychosociale et paramédicale aux sinistrés.

Enfin, à propos de l’accueil des jeunes, les communes de Wapi recenseront les endroits de camps sous bâtiment ou en prairie qui seraient disponibles sur leur territoire et se mettront en rapport avec les Fédérations de mouvements de jeunesse (guides, scouts, patros…)pour proposer ces lieux.

17h20 > Chaudfontaine, Trooz, Esneux : « Il faut éviter de circuler dans les zones sinistrées »

Ce samedi, la situation dans les zones touchées par les inondations est stable. Les riverains regagnent donc leur habitation afin de procéder au nettoyage de celle-ci, accompagné d’amis et de famille. Un comportement compréhensible, mais qui entrave le travail des secours qui procèdent actuellement aux déblais.

16h50 > Une vache sauvée de la Meuse a parcouru 100 kilomètres

Une vache qui a été sauvée de la Meuse par les pompiers samedi après-midi à Escharen, dans la province du Brabant septentrional, limitrophe de la Belgique, vient d’Echt, dans le Limbourg néerlandais. Elle aurait donc parcouru une centaine de kilomètres, rapporte la chaîne de télévision régionale Omroep Brabant.

Un porte-parole des pompiers s’est dit « très surpris que la vache soit arrivée jusqu’ici. Nous ne savons pas si l’animal était entièrement porté par l’eau, ou s’il y avait aussi des parties où la vache touchait le sol avec ses pattes ».

L’animal a été examiné par un vétérinaire. Selon les pompiers, l’agriculteur d’Echt est en route pour récupérer la vache.

16h40 > Trois corps retrouvés sur la commune d’Esneux

Le bilan des victimes continue de grimper après les inondations vécues en province de Liège. Samedi à 15h30, trois corps sans vie avaient été découverts à Esneux.

Du côté d’Esneux, le plan d’évacuation est arrivé à son terme vendredi soir à 22h00. Désormais, les secours font le tour des habitations : « Après deux premières victimes, un troisième corps a été retrouvé vers 14h00. Le risque est que ce bilan augmente au fil des heures », redoute la bourgmestre Laura Iker.

La commune reste difficilement accessible et les autorités demandent à la population de ne pas se déplacer pour permettre le nettoyage et le déblayage. Des sociétés privées ont proposé leur aide et plusieurs conteneurs sont utilisés pour permettre aux riverains de se débarrasser de leurs déchets. Deux centres accueillent en outre les personnes sinistrées.

Durant cette période sombre, Laura Iker tient à souligner la solidarité collective qui existe à Esneux. Un soutien également perçu avec la venue de pompiers italiens – qui, selon l’agence de presse italienne Ansa ont sauvé une quarantaine de personnes à Tilff – français, autrichiens ou encore néerlandais. « Depuis ce samedi, nous pouvons aussi compter sur l’apport de 25 militaires et du SPW », précise la maïeure.

16h10 > Les opérateurs se mobilisent face à la persistance des problèmes de réseau fixe

Malgré la décrue entamée, les problèmes rencontrés au niveau du réseau fixe dans les régions de Liège, de Verviers et de Rochefort « ne pourront pas être résolus tout de suite », indique samedi Proximus.

Dans les jours à venir, l’opérateur offrira dès lors un forfait de 50 Gb de données mobiles à ses clients dans les zones touchées.

Au niveau du réseau mobile, « la situation s’améliore nettement grâce aux efforts de toutes nos équipes, mais actuellement les problèmes persistent encore à Trooz, Nessonvaux et Pepinster », ajoute Proximus, qui assure « tout mettre en œuvre pour y rétablir la connectivité au plus vite ».

Autre opérateur actif en Belgique, Orange Belgium a de son côté décidé d’ouvrir des points de collectes pour les dons aux familles en difficulté dans une centaine de ses magasins. L’opérateur offre également 5Gb de données mobiles à ses clients touchés par les inondations.

16h00 > La ville de Verviers ouvre un numéro de compte pour les dons

La Ville de Verviers a ouvert un numéro de compte (BE46 0910 1962 3836) pour les dons financiers destinés aux familles touchées par les inondations meurtrières des derniers jours, indique-t-elle samedi.

La commune assure par ailleurs que l’eau est à nouveau potable, excepté au pont de Renoupré en Pré-Javais, où un col de cygne a été installé pour que les citoyens privés d’eau puissent s’approvisionner.

Elle rappelle encore qu’il est formellement interdit de jeter les débris et détritus de toute sorte dans la Vesdre. Tous les déchets doivent être déposés sur le trottoir. Ils seront ramassés par les services communaux, précisent les autorités communales.

Enfin, le travail de nettoyage étant très fortement entravé par la circulation des piétons et des véhicules motorisés, seuls les riverains sinistrés et les personnes qui leur portent secours peuvent actuellement se trouver dans les zones sinistrées.

15h50 > Inondations : à Pepinster, la crue a tué au moins 10 fois

Pepinster continue à panser ses plaies. Avec un bilan désormais de dix morts au moins sur le territoire de la commune. Mais les perspectives d’une reconstruction la plus rapide possible se sont précisées ce samedi, lors de la visite du Premier ministre et de la Présidente de la Commission européenne.

15h00 > La plateforme Aidehulp14-7 lance un appel à « une meilleure coordination » des initiatives

Les initiatrices de la plateforme Aidehulp 14-7 lancent ce samedi « un appel urgent » aux autorités pour une meilleure coordination des initiatives d’aide après les inondations meurtrières qui ont frappé le pays ces derniers jours.

« Nous recevons constamment des appels téléphoniques et des courriels de personnes qui veulent rendre service, mais ne savent pas où le faire », soulignent Lien De Leenheer et Ilse Van Dyck, selon qui « ce déluge de solidarité risque d’être un boulet pour les autorités communales ».

« L’absence de coordination fait que l’attention et les ressources sont concentrées sur des initiatives qui n’offrent pas de solutions efficaces aux problèmes immédiats. Les initiatives civiles sont plus rapides que celles du gouvernement mais vont parfois hélas dans la mauvaise direction, même si leurs intentions sont excellentes », poursuivent-elles.

Fortes de ce constat, elles appellent les bourgmestres et les gouverneurs des régions non touchées à organiser des dépôts centralisés où peuvent être stockés les biens donnés, en attendant d’être redistribués. À partir de ces dépôts, l’aide appropriée pourra ensuite être envoyée aux communes affectées par le biais de transports organisés.

La plateforme aidehulp14-7. com a été visitée par 360.000 personnes ces derniers jours et 2.500 propositions d’aide y ont été publiées.

14h41 > Les habitants de Heppeneert (Maaseik) peuvent rentrer chez eux

Les habitants de Heppeneert, dans la commune de Maaseik, peuvent rentrer chez eux, a indiqué l’entité samedi sur sa page Facebook. La hauteur de la Meuse a baissé de 60 cm. Les personnes qui n’ont pas besoin d’être là sont appelées à ne pas s’y rendre afin de permettre des conditions de travail optimales pour les services de secours.

13h50 > Deux-tiers des raccordements touchés sont à nouveau alimentés en eau potable

Deux-tiers des raccordements (environ 2.000) qui étaient directement touchés par les inondations de ces derniers jours sont à nouveau alimentés en eau, indique samedi midi la Société wallonne des eaux (SWDE).

Les communes où l’eau reste non-potable samedi à la mi-journée sont : Hélécine, Hannut, Lincent, Braives (sauf Fumal, quartier de Pitet et Tourinne), Geer (rue Bajot, rue de Lens-Saint-Remy et Boehle) et le hameau de Crenwick à Berloz. L’eau est par contre redéclarée potable sur Ensival.

En province de Namur, l’eau n’est pas potable dans le centre de Dinant (excepté à l’hôpital), à Beauraing, à Rivière (Profondeville), Houyet, Rochefort, dans le haut de Dave, aux Isnes, à Beuzet, Bossières, Longzée, Mazy, Jemeppe et Ham-sur-Sambre, à Floreffe (sauf dans le zoning) et à Sambreville (sauf Moignelée, Keumiée et Arsimont).

Dans le Hainaut, seuls les habitants de Viesville (Pont-à-Celles) sont privés d’eau potable.

La situation n’y sera pas rétablie avant le début de la semaine prochaine. Dans ces zones, l’eau du robinet ne peut pas être utilisée à des fins alimentaires même bouillie, rappelle la SWDE.

13h > Une deuxième victime dans l’Entre-Sambre et Meuse

Emporté par la Biesme jeudi avant d’être repêché et transporté en milieu hospitalier dans un état critique, André Burton, un Djobin âgé d’une soixantaine d’années, est décédé ce samedi matin. Il est la deuxième victime des inondations qui ont durement touché l’Entre-Sambre et Meuse.

11h30 > Le Premier ministre Alexander De Croo constate les dégâts à Rochefort

Le Premier ministre Alexander De Croo s’est rendu ce samedi matin à Rochefort pour constater les dégâts provoqués par les inondations.

La Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le vice-Premier ministre fédéral Pierre-Yves Dermagne et la bourgmestre faisant fonction de Rochefort Corine Mullens étaient également présents.

11h15 > La Pologne offre son soutien à l’Allemagne et à la Belgique après les inondations

La Pologne est prête à aider l’Allemagne et la Belgique, toutes deux durement touchées par les inondations, a déclaré samedi le Premier ministre.

« J’ai proposé mon aide à la chancelière Angela Merkel. Elle m’a beaucoup remercié », a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki à Radio Olsztyn. Une offre similaire a été faite à la Belgique.

11h10 > Le bilan officiel grimpe à 24 morts en Belgique

Le centre de crise fait état de 24 morts en Belgique, selon un dernier bilan officiel. Mais celui-ci devrait encore grimper, puisque des opérations de recherche sont toujours en cours dans de nombreux endroits.

10h40 > La commune néerlandaise de Ruremonde menace d’amendes les touristes de catastrophes

La commune néerlandaise de Ruremonde (Roermond) menace d’amendes les personnes qui continuent à se rendre dans les zones sinistrées à des fins de tourisme déplacé. Les appels répétés de la municipalité et des autorités sécuritaires de la région aux personnes pour qu’elles ne s’approchent pas des zones où elles n’ont rien à faire, ne font en effet guère d’effet. La localité menace désormais de leur imposer des amendes.

Bien qu’un règlement d’urgence soit en vigueur, destiné à contrer le tourisme de catastrophe, le Maasboulevard dans la banlieue de Ruremonde a été bondé toute la journée de vendredi. Jusqu’à tard dans la soirée, d’innombrables promeneurs en voiture ou en vélo électrique étaient venus sur le mur du quai pour prendre des photos de la marina et d’eux-mêmes. Les résidents locaux sont extrêmement agacés par ces « observateurs de singes », comme on les appelle.

Malgré les plaintes déposées auprès de la commune, aucune mesure n’a été prise à ce jour. Mais, samedi matin, Ruremonde a mis en garde contre les amendes. Elle constate également que de nombreux touristes visitent les zones sinistrées, indique-t-elle su sa page Facebook. « Nous demandons à nouveau à chacun de ne pas agir de la sorte et de laisser à tous les services d’urgence l’espace nécessaire pour faire leur travail », insiste la commune. « Des règlements d’urgence sont en vigueur dans plusieurs zones. Si les gens ne les respectent pas, des amendes pourront être infligées. »

9h35 > De nombreuses routes toujours fermées, surtout en provinces de Liège et de Namur

De nombreuses portions de routes wallonnes étaient toujours inaccessibles samedi matin en raison des pluies diluviennes et des inondations qui ont frappé le pays ces derniers jours, selon le dernier état des routes de la police fédérale publié à 9h15.

Parmi les axes principaux toujours fermés à la circulation se trouvent notamment une partie de l’E25 entre Embourg et la sortie Avroy-Laveu, la N30 entre Aywaille et Harzé, la N833 à hauteur de Hotton (dans les deux sens) et tout le centre-ville de Wavre entre la place Bosch et le carrefour du Fin Bec, soit le carrefour entre les nationales 4, 239 et 268.

9h00 > Seules la Mehaigne, la Meuse, l’Ourthe et la Basse Lesse toujours en alerte de crue

Les niveaux des cours d’eau en Wallonie s’orientaient à la baisse samedi matin, même si les seuils d’alerte de crue restent atteints dans certains endroits, selon le dernier bilan du service public publié vers 9H. Seules la Mehaigne, la Meuse, l’Ourthe et la Basse Lesse se trouvent toujours en alerte de crue.

8h36 > Une taskforce mise sur pied pour coordonner les réparations sur le rail

L’Union des Entrepreneurs de Travaux ferroviaires (UETF), en concertation avec Infrabel et Tuc Rail, a lancé une taskforce pour coordonner les travaux sur le rail après les pluies diluviennes qui ont forcé l’arrêt des trains dans le sud du pays, annonce-t-elle samedi. Les vacances scolaires sont effectivement synonymes de congé du bâtiment et ne facilitent pas la mise en place des chantiers nécessaires.

« Le nombre de dommages dus aux pluies torrentielles des derniers jours aux voies entre Libramont-Betrix, Namur-Ottignies et Liège se compte déjà presque en centaines », estime l’UETF. « La majorité des entrepreneurs de travaux ferroviaires est cependant déjà pour partie en congé. L’UETF a mobilisé ses troupes afin de relancer rapidement les chantiers qui ont cruellement besoin de personnel pour, une fois la décrue acquise, lancer les chantiers de réparation sous la coordination d’Infrabel. »

« Les entrepreneurs de l’Union feront tout leur possible pour mobiliser les forces nécessaires au redémarrage du réseau en cette période estivale », indique le président de l’Union, Dirk Rotthier.

Belga

Le rail sera encore pratiquement à l’arrêt partout en Wallonie ce week-end, pour le territoire se situant sous Charleroi, Ottignies et Liège. Les liaisons ferroviaires qui y sont encore assurées sont : Gembloux/Jemeppe-sur-Sambre, Namur/Marloie, Beauraing/Bertrix, Rochefort/Bomal et Liège/Welkenraedt/Eupen. Des bus de remplacement sont prévus là où c’est possible. La SNCB invite les voyageurs à consulter son site internet régulièrement mis à jour.

La remise en service du trafic ferroviaire se fera progressivement à partir de lundi et durera jusqu’au 30 août, pour les zones qui ont été particulièrement touchées, soit la zone entre Liège, Verviers, Pepinster et Spa.

7h50 > De moins en moins de cours d’eau concernés par des risques de crue ou débordements

Selon le dernier bilan du service public publié à 7h45, seules les eaux de l’Eau d’Heure et ses affluents pourraient voir leur baisse de niveau légèrement ralentir, voire se réorienter très légèrement à la hausse sur l’aval.

Les risques de crue et de débordements concernent donc toujours principalement les rivières de la Mehaigne, la Meuse, le Viroin, l’Eau Blanche, l’Eau d’Heure, la Lesse, Lhomme et l’Ourthe.

7h45 > Au total, plus de 150 personnes ont perdu la vie dans les intempéries en Europe ces derniers jours

Le bilan des intempéries dévastatrices en Allemagne a encore grimpé samedi, atteignant au moins 133 morts dans le pays, a annoncé samedi la police locale dans un communiqué, ce qui porte à 153 le nombre de décès en Europe.

7h01 > Un second corps sans vie retrouvé à Angleur

La zone de police de Liège a fait un nouveau point sur la situation à Liège samedi matin. Le porte-parole a indiqué la découverte d’un second corps sans vie à Angleur.

« La nuit a été assez calme, nos policiers étaient présents pour sécuriser les quartiers sinistrés et éviter les pillages. Malheureusement, une autre personne âgée a été retrouvée décédée en début de soirée à Angleur », a précisé le porte-parole.

Vendredi, le bourgmestre Willy Demeyer signalait un premier décès avéré du côté d’Angleur. « Le corps d’une personne âgée a été retrouvé et il ne faut pas exclure d’autres découvertes macabres lors des inspections des habitations », redoutait le maïeur.

6h00 > Les niveaux des cours d’eau en Wallonie s’orientent toujours à la baisse

Les niveaux des cours d’eau en Wallonie s’orientaient à la baisse samedi matin, même si les seuils d’alerte de crue restent atteints dans de nombreux endroits, selon le dernier bilan du service public publié à 06h50. Seules les eaux de l’Eau d’Heure et ses affluents pourraient voir leur baisse de niveau légèrement ralentir, voire se réorienter très légèrement à la hausse sur l’aval.

Les niveaux d’eaux sont globalement en train de se stabiliser ou de diminuer en Wallonie. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochaines heures, prévoit la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques.

Les risques de crue et de débordements concernent toujours principalement les rivières de la Gette, la Mehaigne, la Meuse, le Viroin, l’Eau Blanche, l’Eau d’Heure, la Lesse, Lhomme, l’Ourthe, l’Amblève, la Vesdre et de l’Our.

2h14 > Évacuation à Wassenberg, en Allemagne, en raison de la rupture d’un barrage

Près de la ville allemande de Wassenberg, proche de la frontière néerlandaise, un barrage s’est rompu vendredi soir et quelque 700 habitants ont été évacués, rapporte le radiodiffuseur WDR.

Les autorités locales ont déclaré à WDR que le barrage s’est rompu parce que les barrages de la Ruhr, du côté néerlandais, étaient fermés.

Selon le radiodiffuseur, les autorités locales ont pris contact avec les autorités néerlandaises pour qu’elles rouvrent les vannes.

01h44 > Maaseik maintient l’avis d’évacuation à Heppeneert

La ville de Maaseik (Limbourg) maintient sa recommandation d’évacuation pour les habitants de Heppeneert. Le débit de la Meuse dépasse toujours la capacité des digues. Le niveau de l’eau est cependant en train de baisser.

Bien que le niveau de l’eau a baissé et que la tendance à la baisse du niveau et du débit de l’eau devrait se poursuivre, il est toujours conseillé aux habitants de Heppeneert de ne pas encore rentrer chez eux. L’endroit reste fermé à la circulation, à l’exception du trafic local.

À Aldeneik, la situation est suivie de près par les services d’urgence. Des sacs de sable sont disponibles et les pompiers sont prêts à intervenir pour pomper l’eau des caves.

En outre, le niveau de l’eau dans le canal Albert a maintenant suffisamment baissé. Par ailleurs, les autorités wallonnes ont annoncé que la situation au barrage de Monsin s’est stabilisée.