Les boissons de l’été: le «sac» de rosé a la cote, les bulles aussi!

Les boissons de l’été: le «sac» de rosé a la cote, les bulles aussi!

Une enquête menée en mai par Comeos a déjà établi que les Belges ont l’intention de consacrer plus de dépenses à tout ce qui leur a le plus manqué pendant la pandémie : une visite dans un bar ou un restaurant, une excursion ou un voyage. Certes, la consommation d’alcool, qui s’est faite principalement à domicile au cours des derniers mois, va largement se reporter sur l’hôtellerie et la restauration. Même sous la pluie, les gens se sont rendus en grand nombre sur les terrasses quand elles ont rouvert en mai. Ceci aura un impact sur les ventes dans les magasins et les supermarchés.

Une consommation différente

Chez Carrefour, la porte-parole Siryn Stambouli indique que l’enseigne s’attend à une baisse de 20 % dans la catégorie des spiritueux. « Mais même dans ce cas, nous serons toujours au-dessus des ventes de 2019 », déclare-t-elle au magazine Gondola.

Ce qu’on a bu sur l’année écoulée à la maison ? Les chiffres de Nielsen montrent que les ventes d’alcool ont fortement augmenté, avec une croissance en valeur de 17,8 %, et une augmentation presque équivalente pour les boissons apéritives (17,7 %). Ce que nous confirme la porte-parole de Delhaize, Karima Ghozzi qui nous donne les chiffres de juin dernier : « Nous avons un boom des pouchs, entendez les vins en sacs qui progressent de 40 %. Succès encore pour les bag in box (les cubis, NdlR) qui augmentent de 10 %. Mais les petits formats, les bouteilles de 25 cl ont également progressé de 30 % ».

Là, on est dans le rayon vin mais pas que. « Parmi les grands gagnants, le champagne progresse de 40 % et le Prosecco de 85 % », poursuit-elle. L’heure est encore aux cocktails, Sangria et Spritz en tête, « mais avec une belle progression de la vodka de 18 % », conclut Karima Ghozzi. Avec tous les Premium mixers (genre Schweppes) qui vont avec.

Chez Colruyt, on surfe aussi sur le vin. Pour la première fois, à cette époque (d’habitude, c’est septembre), Colruyt organise le festival des magnums. Entendez, à l’achat de 6 bouteilles identiques de 75 cl, un magnum gratuit.

Notons qu’outre le corona, ce qui impacte la consommation c’est la… météo. « Nous avons davantage vendu d’eau que de soft » poursuit-on chez Delhaize. « Et nous avions tout de même prévu un stock chaleur depuis le mois d’avril, donc pas de pénurie chez nous ».

La dernière tendance importante est celle des boissons faiblement alcoolisées (en particulier les hard seltzers, et des boissons sans alcool, qui bénéficient principalement de la sensibilisation accrue à la santé et à une alimentation saine). Chez Delhaize, Roel Dekelver constate lui aussi un grand intérêt pour les apéritifs sans alcool. « Il y a un marché croissant pour ces produits, surtout depuis que de plus en plus d’alternatives sont disponibles, à travers de nouvelles références. » Hanne Poppe (Colruyt Group) fait le même constat : « . Il y a de plus en plus de développements de produits, comme les versions sans alcool du rhum, du whisky et des liqueurs. Les variétés de gin sans alcool sont déjà très nombreuses », conclut-elle dans le magazine Gondola.

Notre sélection vidéo