Abonnez-vous pour 1€

Le sauvetage héroïque d’une Verviétoise prisonnière de son rez-de-chaussée, l’eau jusqu’au cou: Raphaël, Hicham, Azedine et Omar sont arrivés à temps!

Vidéos
Le sauvetage héroïque d’une Verviétoise prisonnière de son rez-de-chaussée, l’eau jusqu’au cou: Raphaël, Hicham, Azedine et Omar sont arrivés à temps!

Si le drame que vit le sillon de la Vesdre aura laissé apparaître la sinistre image des pillards, il ne faut pas oublier les nombreux gestes de solidarité de simples citoyens qui n’ont pas hésité à mettre en péril leur vie pour sauver celle d’autres.

C’est ce que nous raconte Omar Echakiri, qui a permis, avec trois autres, d’extraire une dame âgée de son domicile de la rue des Raines.

Il raconte être descendu de Dison en ville, où il possède un commerce en Crapaurue. Il y était allé parce qu’il avait reçu un message lui signalant que l’alarme du magasin s’était déclenchée. Alors, il constate l’ampleur du drame qui se joue, avec le torrent de la Vesdre qui pourfend Verviers. Il remonte dans son magasin et est alors contacté par messenger par une personne se présentant comme le fils d’une dame âgée qui habite rue des Raines. Celui-ci est en vacances à l’étranger et ne peut rien faire pour aider sa maman qui est coincée au rez-de-chaussée. Elle a averti son fils du fait que l’eau montait, mais ne peut pas se déplacer facilement. De plus, subitement la communication s’est coupée. Par la suite, on apprendra que le téléphone portable de la dame était tombé dans l’eau… D’où le coup de fil du fils paniqué…

Omar essaie d’appeler les pompiers, sans obtenir de réponse. Ils sont débordés. Il se rend alors face au 13 de la rue des Raines, envahie par les eaux. Mais pas moyen d’ouvrir la porte.

Omar voit alors un copain, Raphaël et lui explique le drame qui se joue. Omar filme et transmet les images au fils de la dame, qui guide le duo. Il explique que l’on peut accéder à la maison par une plate-forme située à l’arrière. Raphaël escalade alors comme il peut une façade, glisse sur les tuiles et passe de l’autre côté, mais il ne parvient pas à localiser la maison de la dame en danger.

Trois autres hommes, Hicham, Azedine et Omar, toujours armé de son GSM qui filme par moments et qui éclairera ses camarades, parviennent alors dans la rue située à l’arrière.

Des voisins leur prêtent une échelle et les quatre parviennent à l’étage de la maison voisine de celle de la dame. Toujours en communication par GSM avec le fils de la dame, le quatuor demande comment il peut accéder au logement voisin. Le fils leur répond alors qu’une porte ancienne communiquant entre les deux logements a été obstruée, au deuxième étage. En cassant le mur, on devrait pouvoir passer. Le voisin prête alors une masse et le mur est défoncé. Une scène qu’Omar filme à nouveau.

Le quatuor parvient alors au rez de la maison de la dame en danger. Elle avait de l’eau jusqu’au cou et était frigorifiée.

Les quatre jeunes l’ont alors doucement extraite de ce mauvais pas par l’escalier pour la monter à l’étage et la glisser dans son lit, en la couvrant d’une couette.

Peu après, d’autres sont venus chercher la rescapée pour la mettre définitivement en sécurité.

Après coup, Omar déclare : « Je suis très heureux de cette issue. J’essaie de ne pas prendre ça comme un miracle : c’était le devoir de chacun. On n’est pas des héros, on a juste essayé de sauver une vie humaine. »

Notre sélection vidéo