Abonnez-vous pour 1€

Coronavirus: le vaccin Janssen moins efficace face au variant Delta

Coronavirus: le vaccin Janssen moins efficace face au variant Delta
Photo News

Ce vaccin, aussi administré en Belgique et qui ne nécessite qu’une dose, génère relativement peu d’anticorps contre le variant Delta. Les chercheurs de l’université de New York concluent qu’il produit environ cinq fois moins des anticorps qui protègent contre cette mutation du virus.

« Nous ne voulons pas décourager les gens de bénéficier du vaccin Janssen, mais nous espérons qu’à l’avenir, il sera possible d’obtenir une deuxième injection, soit par Janssen lui-même, soit par Pfizer ou Moderna », a déclaré au New York Times le virologue Nathaniel Landau de l’université de New York, qui a dirigé l’étude.

Les vaccins Pfizer et Moderna, qui nécessitent deux doses, produisent aussi selon l’étude relativement moins d’anticorps contre le variant Delta, mais cet écart serait moindre que pour le vaccin Janssen.

Les autorités sanitaires américaines ont signalé mardi que 83 % des nouveaux cas de coronavirus aux USA sont attribués au variant Delta. En début du mois, cette proportion n’était encore que de 50 %.

En Belgique, le variant Delta représentait 66 % des contaminations au coronavirus mi-juillet.

Dans une réaction envoyée mercredi à Belga, la firme pharmaceutique a tenu à nuancer ces résultats. « Comme indiqué précédemment, les études de phase 3 ont montré qu’une seule injection du vaccin Janssen Covid-19 était efficace à 85 % pour protéger contre les maladies graves et offrait une protection complète contre l’hospitalisation et la mort. Alors que les données de Landau donnent un aperçu d’un seul aspect de la réponse immunitaire induite par les vaccins Covid-19, les données ne parlent pas de la pleine nature de la protection immunitaire. Le double mécanisme de protection contre le Covid-19 généré par le vaccin Janssen, à la fois des anticorps de liaison neutralisants et non neutralisants et de multiples types de cellules T, joue un rôle conjoint dans la lutte contre le SRAS-COV-2 », indique Janssen/J&J Belgique.

La firme ajoute que « la nature complexe d’une forte réponse immunitaire est également étayée par les résultats intermédiaires d’une sous-étude de phase 1/2a publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM). Ceux-ci étaient forts et stables jusqu’à huit mois après la vaccination, la durée évaluée à ce jour. Les données ont montré que les réponses des cellules T – y compris les principales cellules T CD8+ qui ciblent et détruisent les cellules infectées – ont persisté au cours de la période de huit mois étudiée. »

Notre sélection vidéo