Abonnez-vous pour 1€

Chronologie des événements avant et pendant les inondations meurtrières: il y a pourtant eu quatre alarmes de l’IRM et de l’Europe…

A Angleur, l’eau arrivait jusqu’aux épaules.
A Angleur, l’eau arrivait jusqu’aux épaules. - NEWS

Samedi 10 matin. L’European Floods Agency System (EFAS) avertit les autorités belges et allemandes d’« inondations extrêmes sur le Rhin et l’est de la Belgique », indiquait samedi le Sunday Times. L’EFAS est une agence mise sur pied il y a 15 ans par la Commission européenne pour avoir une vision plus large des phénomènes météo et éviter les inondations catastrophiques. Ni l’Allemagne ni la Belgique n’en ont tenu compte.

Samedi 10 à 13h. Un premier avertissement est émis par l’IRM annonçant pour la semaine suivante des précipitations intenses dans un court laps de temps.

La Vesdre a inondé Chênée.

Lundi 12 à 12h15. L’IRM déclenche le code jaune  : soyez vigilant ! « C’est une phase d’alerte de précipitations intenses dans un court laps de temps déclenchée 48 heures avant l’épisode concerné qui peut se produire avec une probabilité de 65 % », explique-t-on sur le site. Des précipitations exceptionnelles, de 50 à 100, voire 150 mm (ou litre d’eau par m²) sont annoncées localement entre mardi et vendredi.

Mardi 13 à 7h20. L’IRM prolonge la durée de l’alerte jaune

Mardi 13 à 13h44. Passage en code orange qui peut être émis 24 heures avant l’épisode concerné avec un risque de plus de 65 %. « Soyez prêt et suivez les conseils des autorités compétentes » Prévisions de 80 à 150 mm d’eau par m² sur la province de Liège dans les 24 heures.

Mercredi 14 à 9h22. Passage en code rouge sur la province de Liège qui peut être émis 12 heures avant l’épisode concerné. Intitulé : « Prenez des mesures et suivez scrupuleusement les conseils », il demande « d’assurer votre sécurité et celle des autres et, si possible, protégez vos biens personnels. Suivez scrupuleusement les conseils des autorités compétentes. »

Mercredi 14 à 11h38. Suite au code rouge de l’IRM, le gouverneur de la province de Liège déclenche la phase provinciale de crise. Il est alors vivement recommandé aux habitants de Jalhay, Spa et Theux de ne pas sortir de chez eux.

Le barrage d’Eupen était rempli mercredi à 23 heures.

Mercredi 14 à 15h11. Le gouverneur décide d’évacuer de façon préventive les habitants situés dans les zones inondables des communes de Limbourg, Eupen et Baelen car « le barrage d’Eupen ne sera pas en mesure de diminuer l’impact de celle-ci dans les heures à venir. Par conséquent, les restitutions correspondront aux débits qui entrent naturellement dans le barrage… pour ne pas mettre en péril l’intégrité de l’ouvrage. »

Mercredi 14 fin d’après-midi. Le gouverneur prend un arrêté de police pour permettre aux bourgmestres de Verviers, Pepinster, Trooz, Chaudfontaine et Chênée d’évacuer les habitants des zones inondables avant que le barrage ne soit plein. Ce dernier commence à relâcher 5m³ d’eau par seconde vers 20 heures, puis augmente de 5 m³ chaque 20 minutes jusqu’à 45 m³/seconde.

Mercredi 14 début de soirée. Le gouverneur et le bourgmestre de Liège préviennent que les eaux de la Meuse pourraient monter et conseillent aux riverains directs du fleuve de vider leur cave.

Mercredi 23 heures : le barrage d’Eupen est plein et relâche tout son trop-plein. Cela va monter crescendo jusqu’à 150 m³/seconde à 3 heures du matin ! Au même moment, on enregistre 450 m³/seconde de débit sur la Vesdre à Chaudfontaine.

Le barrage de Monsin jeudi à 11 heures (photo : Laura Hollange)

Jeudi 15 à 13h30. Le gouverneur et le bourgmestre demandent à tous les Liégeois habitant le long de la Meuse d’évacuer ou de monter aux étages. Son débit est en effet à ce moment proche de 3000 m³/seconde au barrage de Monsin. Son pic atteindra 3300 m³/seconde en fin de soirée.

Jeudi 15 à 17h. L’IRM fait repasser son code de rouge à orange. La phase cruciale a donc duré 24 heures (du mercredi fin d’après-midi jusqu’au jeudi même moment).

Certes, cet épisode météorologique a été exceptionnel. Comme on en voit un tous les 100 ans. Pour donner une idée, la station de Jalhay a enregistré 271 mm d’eau par m² sur 48 heures alors que la moyenne en été est de 100 mm sur un… mois.

Mais il n’empêche que les alertes météo ont été nombreuses et précises et que tous ceux qui sont chargés de la gestion du risque dans notre pays devront sans doute expliquer bientôt pourquoi ils n’ont pas agi plus tôt.

Notre sélection vidéo