Abonnez-vous pour 1€

La rentrée de septembre s’annonce compliquée pour certaines écoles verviétoises en raison des inondations

Des classes sous eau à Pepinster.
Des classes sous eau à Pepinster. - A.R.

Les enseignants vont avoir énormément de travail durant l’été. En effet, quelques écoles de la région verviétoise ont été durement touchées par ces inondations. Ce mardi, Pierre-Yves Jeholet et Caroline Désir, respectivement Ministre-Président de la Fédération Wallonie Bruxelles et ministre de l’Éducation, se sont rendus à Theux et Pepinster. L’objectif était de voir les dégâts à l’Institut Saint-Roch et à l’Athénée.

Saint-Roch, étant situé juste au bord de la Hoëgne, elle a été très vite touchée. Au point qu’une rumeur a un temps circulé : on allait devoir détruire une partie du bâtiment proche de l’eau. Il n’en sera rien. Les dégâts sont importants. Des caves se sont effondrées. Mais Saint-Roch est toujours sur pieds. « On voit que vous avez déjà bien travaillé », indique Caroline Désir à la directrice Françoise Colin. On voit en effet que le personnel s’est activé pour déblayer le plus vite possible les dégâts.

➜ « C’est difficile parce qu’on a aussi des enseignants qui ont été touchés personnellement et qui ont d’énormes dégâts chez eux »

➜ Dans le cas de Saint-Roch, il semble qu’il soit compliqué de remettre en ordre les bâtiments d’ici le premier septembre

Même son de cloche du côté de l’Athénée de Pepinster, où des des solutions devraient être trouvées pour la rentrée

Notre sélection vidéo