« Old », un bon petit M. Night Shyamalan

Vidéo
« Old », un bon petit M. Night Shyamalan
Autour de Gael Garcia Bernal, une famille se désagrège en une journée dans «Old». © Universal

Les pitchs des films de M. Night Shyamalan ont toujours le chic pour nous mettre la tête à l’envers. Dans « Old », sorti ce 21 juillet, il est question d’une famille en vacances sur une île tropicale, qui pense avoir dégoté grâce à Internet le petit coin de plage rêvé pour faire bronzette et nager tranquille. Mais nos touristes, joués notamment par le Mexicain Gael Garcia Bernal (« Babel ») et Eliza Scanlen (la minisérie « Sharp objects »), s’aperçoivent qu’ils sont coincés sur place et vieillissent en accéléré : toute une vie se déroule en une seule journée.

Quand une demi-heure vaut une année, que neuf mois de grossesse durent le temps d’un clin d’œil, que les rides vous rattrapent plus vite qu’une F1, l’expression « il n’y a pas une minute à perdre » prend un sens aigu… Une idée géniale, mais qui n’est pas de Shyamalan : elle lui a été inspirée par roman graphique « Le château de sable », Pierre Oscar Lévy et Frederik Peeters. Un livre qu’il avait reçu en cadeau à la Fête des Pères !

M. Night Shyamalan sur le tournage de «Old». © Twitter/M. Night Shyamalan
M. Night Shyamalan sur le tournage de «Old». © Twitter/M. Night Shyamalan

Si les effets spéciaux et maquillages, réussis, sont importants pour qu’on croie au vieillissement accéléré des personnages, ce qu’on attend toujours avec le plus d’impatience du scénariste du « Sixième Sens » et de « Split », c’est le twist final qu’il nous réserve. Ici, aussi, comme souvent, les choses vont se révéler différentes de ce qu’elles paraissaient. Mais le final, presque longuet, n’est pas ce que le réalisateur nous réserve de mieux (même si…). Soufflant le chaud et le froid avec le public comme avec la critique, M. Night Shyamalan va encore diviser, c’est sûr. « Old » n’apparaît pas comme le plus ambitieux de ses films, un peu trop ludique, emporté par l’ironie du thème, qu’on peut étirer à une critique du tourisme de masse.

Au fond, ce sont films-là, dits mineurs, qui plaisent le plus chez lui. Huis clos en plein air, loin de Philadelphie, sa ville de prédilection, autour d’un thème original, certes, mais qui comme « Phénomènes » ou « La jeune fille de l’eau », se révèle aussi redoutablement casse-cou, on note en regardant « Old » à quel point les films de Shyamalan sont risqués, personnels, inattendus. Et qu’on a envie de lui pardonner ce qui nous convainc moins, car il n’y a pas beaucoup de cinéastes aujourd’hui capables de nous embarquer dans de tels voyages immobiles. Et encore moins ceux capables de le faire avec une telle maestria dans la mise en scène. Un bon petit Shyamalan vaut beaucoup de films fantastiques lambda...

Notre sélection vidéo