Abonnez-vous pour 1€

Le conseil des ministres approuve le 7e contrat de gestion de bpost

Le conseil des ministres approuve le 7e contrat de gestion de bpost
Photonews

Le conseil des ministres a approuvé vendredi le 7e contrat de gestion de l’entreprise publique bpost, qui se veut « très ambitieux sur les plans écologique et social », selon la ministre de la Poste, Petra De Sutter, qui assure que chaque citoyen se verra garantir l’accès à un bureau de poste ou à un distributeur automatique de billets.

« Après la nomination du nouveau CEO Dirk Tirez, une nouvelle étape décisive pour l’entreprise vient d’être franchie », a souligné Mme De Sutter (Groen) dans un communiqué.

Le 7e contrat de gestion de bpost entrera en vigueur le 1er janvier 2022 et couvrira la période allant de 2022 à 2026. Il attribue une série de services d’intérêt économique général à bpost moyennant compensation. Il s’accompagnera, pour la première fois, d’une charte de « Responsabilité sociétale des Entreprises » (RSE), qui est en cours de finalisation.

Le nouveau contrat de gestion et la charte RSE regroupés sous l’appellation « be close » (pour souligner la proximité des services avec les citoyennes et citoyens), se composent de trois axes : un axe digitial (« be digital »), un axe social (« be social ») et un axe écologique (« be green »).

« Le gouvernement fédéral a décidé de maintenir le vaste réseau de 1.300 bureaux de poste et points poste de bpost, tout en le ’modernisant’ pour répondre efficacement aux nouveaux besoins de notre société. Ainsi, chaque citoyen se verra garantir l’accès à un bureau de poste ou à un distributeur automatique de billets dans sa commune », a assuré la ministre.

Les opérations financières de base, telles que les virements, continueront d’être disponibles dans les bureaux de poste et les points poste. Les banques auront la possibilité de proposer leurs services dans les bureaux de poste. bpost mettra à la disposition des citoyens au moins 350 distributeurs automatiques de billets, et au moins un distributeur automatique dans les communes où aucun autre dispositif n’est disponible.

En Belgique, 40 % de la population se trouve dans une position de vulnérabilité face à la numérisation croissante de notre société. Face à ce constat, il est essentiel que bpost soit le point de contact humain et physique pour des démarches qui requièrent des compétences numériques.

Ainsi, 10 % des bureaux de poste (soit 65 bureaux de poste) seront transformés en « digihub » ou « guichets numériques » pour une période d’essai de 2 ans et demi. Ces bureaux de poste proposeront un accompagnement au numérique, par exemple pour constituer un dossier, contester une amende, faire une demande d’abonnement de transport en commun, ou d’autres démarches nécessitant une authentification en ligne. Si les résultats du projet pilote sont positifs, le service sera élargi.

Le nouveau contrat prévoit que les bureaux de poste devront être davantage accessibles aux personnes en situation de handicap.

« Concrètement et à terme, tous les bureaux de poste devront être accessibles aux personnes à mobilité réduite. Certains bureaux de poste seront convertis à cette fin et des solutions flexibles et ad hoc seront proposées dans les bureaux de poste pour lesquels des travaux d’aménagement ne sont pas possibles (parce que le bâtiment est classé par exemple). Par ailleurs, l’entreprise postale va engager un « disability coordinator » (ou « coordinateur invalidité »). De plus, une collaboration étroite sera mise en œuvre avec des organisations qui travaillent avec les personnes en situation de handicap », a ajouté Mme De Sutter.

Selon elle, le gouvernement fédéral reconnait également que le facteur joue un rôle social tout à fait primordial dans la lutte contre l’isolement ou la fracture numérique. Ainsi, bpost continuera à collaborer proactivement avec les CPAS ou d’autres institutions publiques afin d’aider ces organismes à identifier les bénéficiaires potentiels de certains services qui peuvent aider les citoyens (par exemple en matière d’aide sociale, de services de santé, de soutien administratif, au numérique, etc) ou pour réaliser certaines tâches positives au domicile de ces bénéficiaires, à la demande de ces mêmes organismes.

Une charte de « Responsabilité Sociétale des Entreprises » (RSE) est en cours de finalisation avec bpost. Elle sera évaluée régulièrement. bpost a déjà pour objectif de réduire ses émissions de CO2 de 20 % entre 2017 et 2030.

« Nous voudrions au moins doubler cet objectif pour le porter à 40 %, voire 50 %, afin de garantir que bpost respecte les objectifs de l’accord de gouvernement concernant la durabilité, ainsi que ceux du plan national Energie-Climat, du Green Deal européen et de l’accord de Paris. Par ailleurs, les entreprises de transport public ou de mobilité partagée pourront faire appel à bpost pour proposer des billets via un canal physique », a encore indiqué la ministre.

Notre sélection vidéo