Fanny Jandrain dans «Mon plus beau village» : «Mes filles sont curieuses de tout !»

Capucine, Blandine et Victoire, les trois rayons de soleil de Fanny Jandrain
Capucine, Blandine et Victoire, les trois rayons de soleil de Fanny Jandrain - Martin Godfroid / RTBF

Quel souvenir gardez-vous de la première saison de « Mon plus beau village » ?

C’était génial. L’émission tombait à pic, car on sortait tout juste du premier confinement. En plus, il faisait beau. Pour moi, on trouve dans ce programme tous les ingrédients que j’aime dans la télévision : le contact avec les gens, la curiosité, la mise en avant de beaux coins…

Pour notre interview, vous nous avez donné rendez-vous à Villers-Poterie, où vous avez grandi…

J’y ai vécu jusqu’à mes 25 ans… et j’y vis à nouveau pour l’instant, car on fait des travaux dans notre maison de Villers-la-Ville, et on est tous chez mes parents en attendant. C’est un village où il fait bon vivre. On est vraiment à la campagne. Mes parents ont pour voisins des champs. Il y a des fermes partout. Et c’est un village où toute ma famille s’est implantée. Mes parents y ont acheté leur maison dans les années 80, mes grands-parents paternels sont venus s’installer en face, mes grands-parents maternels à 200 mètres, mon oncle à 500 mètres et ma tante à 800 mètres ! La maison de mes parents, c’est celle où toute la famille se réunit. La porte est toujours ouverte.

Que faisiez-vous, enfant, là-bas ?

Il y a une place avec des jeux devant la maison, et pour me faire rentrer ainsi que mes sœurs, mes parents avaient installé une cloche. Quand elle sonnait, ça voulait dire que les filles Jandrain devaient rentrer ! C’est vraiment une ambiance de village.

En dehors de la période actuelle, où vous habitez chez vos parents, vous retournez souvent à Villers-Poterie ?

Oui, notamment parce que mes parents ont un rôle important dans ma vie et dans l’éducation de mes lles. Je n’ai jamais pris une décision importante sans les consulter. La décision finale me revient, mais ils me conseillent. Ils sont aussi là pour s’occuper des enfants quand on en a besoin. Grâce à eux, je peux travailler avec parfois des horaires difficiles.

Vous habitez désormais à Villers-la-Ville. Vous restez donc à la campagne… Vos filles, Capucine, Blandine et Victoire, aiment-elles cette vie  ?

Oui, elles adorent se balader, avec le chien qui court partout, les vaches et les chevaux dans les prairies. On va chercher du fromage de chèvre à la ferme. C’est vraiment une vie qu’on apprécie beaucoup. Elles sont curieuses de tout, on les emmène partout avec nous. Ce sont des petites filles qui vivent notre vie à 100 %. Vendredi dernier, Blandine, qui est plâtrée, a dû venir avec moi pour faire une radio. Tout le monde était impressionné car elle était calme, elle dessinait dans son coin. C’est parce que depuis qu’elles sont petites, elles ont l’habitude qu’on les prenne avec nous. Elles adorent aussi faire chacune, seule, quelque chose juste avec moi. Durant les vacances, je fais une activité différente avec chacune, juste à deux. Elles ont ainsi leur petit moment à elles avec leur maman.

Une interview à retrouver en intégralité dans votre Ciné-Télé-Revue de cette semaine.

« Mon plus beau village », samedi 24 juillet à 20h25, La Une

Notre sélection vidéo